0
Commentaire de l'Evangile du chanoine Daleau
Méditation du 2 juin 2021
Méditation du 2 juin 2021
© viechretienne.fr

| Webmaster 49251 mots

Méditation du 2 juin 2021

2021 06 02 DIEU DES VIVANTS (9TO3) (Marc 12, 18-27)

 

            Les Sadducéens prétendaient se rattacher au grand-prêtre Saddoc nommé par Salomon et ne voulaient reconnaître que le Pentateuque. En fait, ils niaient toute idée de « résurrection ». Saint Paul (Actes 23) jouera sur cette différence pour les opposer aux Pharisiens.

            David-Marc d’Hamonville (Marc, hc) explique ce dialogue serré entre Jésus et les Sadducéens.

            « Dans la réponse de Jésus, on retrouve la formule bien connue : « N’avez-vous pas lu ? » placée en inclusion entre deux propos dénonçant la lecture aberrante de Sadducéens : « Justement, est-ce que vous ne vous égarez pas à méconnaître les Ecritures ? » et : « Vous vous égarez de beaucoup ? » La leçon de lecture donnée par Jésus continue donc et se fait plus incisive.

            Comment Jésus lit-Il les Ecritures ? Un procédé caractéristique est à nouveau à l’œuvre ici, le décentrement-recentrement, qu’Il avait notamment utilisé dans la controverse galiléenne sur le jeûne des disciples (Marc 2, 18-20). La lecture des Sadducéens aujourd’hui, qui en appellent explicitement à Moïse, (v.19) est centrée sur une série de cadavres anonymes, une femme et sept frères sans descendance, tous confrontés à la mort ; pas une fois, les Sadducéens n’évoquent Dieu. Dans sa réponse, Jésus Lui aussi se réfère au livre de Moïse, mais Il met au centre le Dieu vivant, employant six fois le mot « Dieu », tandis que l’histoire des Sadducéens mentionnait six fois « la femme » ; quant aux hommes qu’Il évoque, Il les désigne chacun par son nom, Abraham, Isaac, Jacob : chacun est unique, et la relation que Dieu instaure est unique et impérissable. Le Dieu que désigne Jésus est un Dieu de relations vivantes. « Rendez à Dieu ce qui est à Dieu » : « Rendez-Lui la place centrale qui est la sienne ; dans votre lecture, qui mettez-vous au centre, que mettez-vous au centre ? N’êtes-vous pas complètement égarés, dans l’errance, très loin du centre ? » (…)

            Jésus traite l’Ecriture comme une Parole vivante, unifiée, polarisée, magnétisée autour d’un centre, et non comme une succession insensée de lettres mortes juxtaposées, de portée équivalente les unes par rapport aux autres…L’Ecriture tout entière est pour Jésus une histoire d’amour, vivante, entre personnes. »

 

Répondre à () :


Captcha