0
Commentaire de l'Evangile du chanoine Daleau
Méditation du 2 janvier 2021
Méditation du 2 janvier 2021
© viechretienne.fr

| Webmaster

Méditation du 2 janvier 2021

2021 01 02 PAS DIGNE (Sainte Famille6) (Jean 1, 19-28)

 

Au Sanhédrin, les autorités se sont érigées en « censure », un « tribunal » proche de ce que sera bien plus tard « l’Inquisition ». Jean-Baptiste apparaît à ces responsables comme un membre du peuple peu « orthodoxe », soi-disant prophète, et -  comble de malheur – bien vu du peuple. Son attitude est jugée « schismatique ». Une délégation « de prêtres et de lévites » est envoyée auprès de lui à fin d’enquête.

La question apparemment neutre : « Qui es-tu ? » n’incluait pas en soi une curiosité déplacée ou une susceptibilité de ceux qui représentent le judaïsme officiel. Elle laisse donc libre Jean-Baptiste ; car il sait qu’on le prend pour le Messie. Sa réponse le situe en vérité : « Je ne suis pas le Christ. » Du moment qu’il introduisait un style de discours inouï et un rite inconnu, le baptême, comme signe de conversion, il était un prophète ayant reçu mission spéciale de Dieu…sans la reconnaissance des autorités religieuses. C’est cela qu’il fallait mettre au clair.

« Es-tu le prophète Élie ? » Le bruit courait qu’Elie devait revenir ; et Jésus montrera  qu’effectivement Jean-Baptiste est cet Elie. La série (Elie, le Prophète…) évoque pour les lecteurs des Evangiles l’opinion sur Jésus « Jérémie ou l’un des prophètes… » (Mt 16, 14) Les envoyés du sanhédrin « cherchent à savoir qui est Jean ; n’est-ce pas plutôt pour savoir « par quelle autorité » Jean a reçu la permission d’innover « en matière religieuse ». Jean-Baptiste dit clairement sa mission : un appel à la conversion du cœur et un « signe » religieux : le baptême.

Selon l’évangéliste Jean, Jean-Baptiste n’annonce pas le baptême dans l’Esprit Saint. En révélant aux envoyés « celui que vous ne connaissez pas », Jean-Baptiste dit que l’autorité juive ne sait pas la vraie nature de Jésus. Lui, il le sait ; Jean-Baptiste avoue que Jésus est « son Maître », et lui, un esclave pas digne de délier la courroie de sa sandale, une façon indirecte de désigner Jésus.

Le sanhédrin va « suivre l’affaire » et s’opposer à Jésus et à sa prédication, jusqu’à Le « traquer ». Jean-Baptiste va continuer sa mission avec la vigueur qui correspond à sa foi. Partout et toujours, il sera le témoin de Jésus jusqu’à donner sa vie pour la Vérité.

 

 

Répondre à () :


Captcha