Paroisse Notre-Dame-de-la-Plaine - Luçon
0
Commentaire de l'Evangile du chanoine Daleau
Méditation du 1er décembre 2019

| cplucon

Méditation du 1er décembre 2019

(Matthieu 24, 37-44)

            Chaque année, le premier dimanche de l’Avent semble en continuité directe avec le dernier dimanche du Temps ordinaire. Cette page de Matthieu jette un cri pour réveiller de l’insouciance spirituelle ; Jésus nous prévient qu’Il nous « surprendra ». Il nous donne une consigne toujours valable : « Tenez-vous donc prêts, vous aussi : c’est à l’heure où vous n’y penserez pas que le Fils de l’homme viendra. » Jésus ne nous « prendra pas en traître » ; Il nous a dûment prévenus.

            Le déluge est présenté comme un châtiment pour la vie mauvaise de l’humanité du moment que la brusque catastrophe vient engloutir ; or « telle sera aussi la venue du Fils de l’homme ».

            « Veillez donc, car vous ne savez pas quel jour votre Seigneur vient ».En veillant à mener une vie toujours digne de la sainteté de Dieu, on se tient « prêt ». Mais le Seigneur appelle à chaque instant à vivre dans la charité avec les personnes que la vie fait rencontrer, ceux et celles qui deviennent, dans le cadre habituel de la vie, « frères et sœurs ».

            Saint Jean-Paul II s’appliquait à lui-même, le 6 mars 1979, cet appel du Seigneur.

                  « Veillez, parce que vous ne savez pas quel jour votre Seigneur viendra. » Ces paroles me font penser au dernier appel qui viendra au moment que le Seigneur voudra. Je désire y répondre, et je désire que tout ce qui fait ma vie sur terre me prépare à ce moment. Je ne sais pas quand il arrivera, mais comme toute chose, ce moment-là également je le remets entre les mains de la Mère de mon Maître : Totus Tuus. Dans ces mêmes mains maternelles je laisse toute chose et tous ceux à qui m'ont associé ma vie et ma vocation. En ses mains je laisse par-dessus tout l'Église, et aussi ma nation et toute l'humanité. Je remercie chacun. À chacun je demande pardon. Je demande aussi de prier pour que la miséricorde de Dieu se montre plus grande que ma faiblesse et que mon indignité (06/03/1979)...

           Chacun doit toujours compter avec la possibilité de la mort. Et il doit être prêt à se présenter devant le Seigneur et Juge, qui est en même temps Rédempteur et Père. Alors moi aussi je prends cela continuellement en considération, confiant ce moment décisif à la Mère du Christ et de l'Église, à la Mère de mon espérance... »

Répondre à () :


Captcha

Newsletter