0
Commentaire de l'Evangile du chanoine Daleau
Méditation du 19 mai 2020
Méditation du 19 mai 2020
© viechretienne.fr

| Webmaster

Méditation du 19 mai 2020

2020 05 19 JE VOUS L’ENVERRAI (6Pâques 2) (Jean 16, 5-11)

            Jésus, par son Esprit Saint, est maintenant et pour toujours avec nous ; à l’Ascension, Il est revenu auprès du Père qu’Il n’avait jamais quitté. Nous notions de « départ » et « d’absence » ne rendent pas bien compte de ce qu’est Dieu. Il est toujours « la Présence ». La tristesse envahit le cœur des disciples parce qu’ils étaient « rassurés » de savoir le Maître à leurs côtés. Maintenant, ils vont « jeûner », mais Il enverra vite l’Esprit qui prolongera sa Présence au milieu d’eux, en la renouvelant, car Il sera « l’Esprit », donc invisible, sauf dans la foi : « Le Seigneur travaillait avec eux et confirmait la Parole par les signes qui l’accompagnaient. » (Mar 16, 20).

            « Le Défenseur ne viendra pas à vous ; mais si je pars, je vous l’enverrai ». Deux modes de « présence » : l’Esprit « succède dans le temps » à la Présence « physique » du Christ. Leur rôle dans le plan de Dieu diffère ; Jésus tient à le préciser, dans trois domaines qui ont rapport à la foi.

            . La culpabilité du monde…en matière de péché «  puisqu’on ne croit pas en moi ». Ce premier point est clair, du fait que Jésus l’explique Lui-même. Que les hommes ne croient pas en ce que Dieu fait en envoyant son Fils parmi eux, c’est un « refus » de la Lumière. Sa Parole et ses actes ont été assez éloquents pour les convaincre. Ils L’ont pris pour un homme, le « fils du charpentier » (Matthieu 13, 55 ; Marc 6, 3).

            . « En matière de justice, puisque je m’en vais auprès du Père, et que vous ne me verrez plus. » Le départ de Jésus vers le Père prouve qu’Il venait de Lui et nous parlait de sa part. Si les hommes n’ont pas cru, ils sont responsables de leur erreur, et c’est une « faute ».

            . « En matière de jugement, puisque déjà le prince de ce monde est jugé. » L’élévation du Christ sur la croix et son Ascension auprès du Père ont marqué la condamnation et la défaite du Diable, et donc le triomphe de l’Amour sur la haine. 

            Ce sont les trois points que fera comprendre le Paraclet, lors de sa venue.

                Saint Jean Chrysostome observe : « Il ne convenait pas que les démons s'arrogent la gloire du rôle des apôtres, ni qu'une langue de mensonge prêche le mystère du Christ ». 

Répondre à () :


Captcha