0
Commentaire de l'Evangile du chanoine Daleau
Méditation du 19 juillet 2020
Méditation du 19 juillet 2020
© viechretienne.fr

| Webmaster

Méditation du 19 juillet 2020

2020 07 19 RESPLENDIRONT (16TO) (Matthieu 13, 24-43)

            Trois paraboles à la suite, et les disciples demandent l’explication pour une, qui leur a semblé sans doute la plus difficile à interpréter ; Et comme Jésus l’a expliquée, il n’y a plus à chercher d’autres éclaircissements : toute la création, sortie des mains de Dieu est bonne, mais tant que dure ce monde, Satan y est à l’œuvre aussi, comme en Adam. Dieu avait fait l’homme « à son image », mais Satan est venu semer en lui l’ivraie. Le premier champ est donc l’homme lui-même. L’ivraie est là, comme inextricablement mêlée au meilleur.

            Deuxième parabole : la minuscule graine de moutarde devient un arbre. La troisième consistera en « du levain » : un peu de pâte fermentée qui devient capable de faire lever « trois mesures de farine », (tout un pétrin, dirions-nous, « toute la pâte »). Ces deux dernières paraboles ne sont pas expliquées ici ; Jésus répond à la demande des disciples en expliquant seulement celle de l’ivraie. Mais Matthieu nous dit aussi pourquoi Jésus agit ainsi, en s’appuyant sur Isaïe 6, 9-10 : la fermeture de l’esprit et du cœur. Comment s’explique cette fermeture ?

            La Bible de Jérusalem note à propos de ce passage d’Isaïe : Dieu ne veut pas cette incompréhension. Il la prévoit et elle sert ses desseins. Elle dévoile le péché du cœur et précipite le jugement. (Note a, page 1297, éd.1998). L’application aux paraboles « dévoilait » ce refus. « Jésus le dit aux foules en paraboles, et il ne leur disait rien sans parabole. » C’était la « méthode » choisie par Jésus : il savait bien qu’il fallait procéder ainsi. Les paraboles ne « définissent pas » au sens strict, mais elles donnent la « plus parfaite approximation ». Le plus important consistait à faire une application pour soi-même, ce qui n’a sans doute pas été le cas le plus souvent. Les auditeurs de Jésus ont-ils compris où Il voulait les conduire ? Ce n’est pas le cas de Simon le Pharisien (Luc 7, 36-48).

            La parabole de l’ivraie anticipe sur le « Jugement dernier ». Là seulement Jésus souligne que les justes resplendiront comme le soleil dans le royaume de leur Père ». Par la conclusion, Jésus s’adresse à qui veut bien L’écouter ; l’appel est sans détours.

Répondre à () :


Captcha