0
Commentaire de l'Evangile du chanoine Daleau
Méditation du 19 février 2021
Méditation du 19 février 2021
© viechretienne.fr

| Webmaster

Méditation du 19 février 2021

2021 02 19 ILS JEûNERONT (Cendres-vendredi) (Matthieu 9, 14-15)

 

            Dans son sermon 210, Saint Augustin a expliqué que « le pire jeûne » était l’absence de Dieu dans une vie d’homme.

    « Des jours viendront où l'Époux leur sera enlevé ; alors ils jeûneront. » Puisque l'Époux nous a été enlevé, c'est pour nous le temps de la tristesse et des pleurs. Cet Époux « est plus beau que tous les enfants des hommes ; la grâce est répandue sur ses lèvres » (Ps 44,3) et pourtant, sous la main de ses bourreaux, il a perdu tout éclat, toute beauté, et il a été retranché de la terre des vivants (Is 53,2.8). Or notre deuil est juste si nous brûlons du désir de le voir. Heureux ceux qui, avant sa Passion, ont pu jouir de sa présence, l'interroger comme ils le voulaient et l'écouter comme il se devait... Quant à nous, nous voyons maintenant l'accomplissement de ce qu'il a dit : « Le temps viendra où vous désirerez voir un des jours du Fils de l'homme, et vous ne le verrez pas » (Lc 17,22)...

 

    Qui ne dirait pas avec le roi prophète : « Mes larmes sont devenues ma nourriture jour et nuit, pendant qu'on me dit sans cesse : 'Où est ton Dieu ?' » (Ps 41,4) Nous croyons en lui sans doute, assis déjà à la droite du Père, mais tant que nous sommes dans ce corps, nous voyageons loin de lui (2Co 5,6), et nous ne pouvons pas le montrer à ceux qui doutent de son existence, et même qui la nient en disant : « Où est ton Dieu ? »...

    « Encore un peu de temps, disait le Seigneur à ses disciples, et vous ne me verrez plus, et encore un peu de temps et vous me verrez » (Jn 16,19). Maintenant, c'est l'heure dont il a dit : « Vous serez dans la tristesse, mais le monde sera dans la joie... Mais, ajoute-t-il, je vous verrai de nouveau et votre cœur se réjouira, et nul ne vous enlèvera votre joie » (v. 20). L'espérance que nous donne ainsi celui qui est fidèle dans ses promesses ne nous laisse pas, dès maintenant, sans quelque joie — jusqu'à ce que vienne la joie surabondante du jour où nous lui serons semblables, parce que nous le verrons tel qu'il est (1Jn 3,2)... « Une femme qui enfante, dit notre Seigneur, est dans la peine, parce que son heure est venue. Mais, quand l'enfant est né, elle éprouve une grande joie, parce qu'un être humain est venu dans le monde » (Jn 16,21). C'est cette joie que personne ne pourra nous enlever, et dont nous serons comblés lorsque nous passerons de la conception présente de la foi à la lumière éternelle. Jeûnons donc maintenant, et prions, puisque nous sommes encore au jour de l'enfantement.

 

 

 

 

Répondre à () :


Captcha