Paroisse Notre-Dame-de-la-Plaine - Luçon
0
Commentaire de l'Evangile du chanoine Daleau
Méditation du 18 novembre 2019

| cplucon

Méditation du 18 novembre 2019

(Luc 18, 35-43)

            Même récit, mais avec deux aveugles, chez Matthieu 20, 29-34, et chez Marc 10, 46-52). Comme Pierre fait confiance et réalise une pêche miraculeuse, ainsi cet aveugle met toute sa confiance dans la réponse à Jésus : « Seigneur, que je retrouve la vue ! » une fois de plus, Jésus dépasse la demande de l’infirme : « Ta foi t’a sauvé. »

            « Ceux qui marchaient en tête » : il y avait sans doute un groupe d’admirateurs qui entendent « protéger » Jésus, et qui devient barrière entre Lui et cet homme. Il annonce ceux qui, parfois sans le vouloir ou parce qu’ils ne réfléchissent pas, freinent l’action de Dieu. On pense à André qui conduit son frère Pierre à Jésus (Jean 1, 42), et s’efface. « Joyeux de s’effacer dans un autre Cœur devant votre divin Fils », selon la prière du Père de Grandmaison.

            L’aveugle, lui, insiste, pour saisir l’occasion unique. Il ne se laisse pas décourager par ceux qui le « rabrouent pour le faire taire », il est trop « intéressé » par l’espoir d’une guérison. Ici, on peut établir un parallèle avec les dix lépreux dont Luc raconte la guérison (17, 11-19) ; Jésus dit à cet aveugle le même mot, après la guérison : « Ta foi t’a sauvé ». On le sait, ce n’est pas le seul homme guéri qui entend ces mots : l’acte de foi-confiance en Jésus appelle le salut. Ainsi Jésus exerce sa mission : « Dieu sauve ». 

            Saint Jean Chrysostome, à propos de cette guérison, estime que « la grâce se répand dans une âme selon la mesure de ses intentions et de ses désirs. »

            « La grâce est comme une fontaine abondante, ceux qui viennent y puiser avec des vases de petite dimension, remportent une petite quantité d'eau, ceux au contraire qui puisent avec de plus grands vases, en remportent davantage; ou bien encore, elle est comme la lumière du soleil qui pénètre plus ou moins dans l'intérieur d'un appartement selon la grandeur des fenêtres qui sont ouvertes, ainsi la grâce se répand dans une âme selon la mesure de ses intentions et de ses désirs.

            La voix de Jésus-Christ devient pour cet aveugle un principe de lumière, car il était la parole ou le Verbe de la véritable lumière: «Il vit aussitôt», ajoute l'Évangéliste. Or, cet aveugle montra autant de reconnaissance après sa guérison, qu'il avait manifesté de foi avant de l'obtenir. »

Répondre à () :


Captcha

Newsletter