0
Commentaire de l'Evangile du chanoine Daleau
Méditation du 16 février 2021
Méditation du 16 février 2021
© viechretienne.fr

| Webmaster

Méditation du 16 février 2021

2021 02 16 PAS ENCORE (6TO2) (Marc 8, 14-21)

 

                                                                     

            Marc se plaint de la « lenteur à croire » des disciples. Cette scène vient après la réflexion déjà peu flatteuse de lui sur ces « disciples au cœur dur » :  « En eux-mêmes ils étaient au comble de la stupeur, car ils n’avaient rien compris au sujet des pains : leur cœur était endurci. » (Marc 6, 51-52)

                                                                      *

            « Nous,… les chrétiens tard venus, nous ne sommes nullement défavorisés par rapport à ces premiers témoins qui ont vu de leurs yeux Jésus, qui L’ont approché, qui L’ont entendu, mais qui n’ont rien compris, qui ont  seulement été « sidérés ». L’Evangile ne dresse nulle part la figure du disciple-modèle, et cela permet  aux pauvres que nous sommes de marcher quand même à la suite de Jésus.

            Deuxième conséquence : le fait essentiel que la lumière évangélique tout entière est venue après coup : elle est venue de Pâques, de l’illumination pascale, unique événement de salut rétroactivement reportée sur toute l’histoire qui nous est racontée par Marc. » (D-M d’Hamonville. Marc, hc)

                                                                      *

            Quel est donc ce « levain » des pharisiens et des hérodiens ? A la fois leur doctrine et leur comportement, leur hypocrisie, car « ils disent et ne font pas », comme dit  Matthieu 23, 3. Aux disciples qui croient que Jésus revient sur la « bénédiction des pains »,  Jésus, passant au sens figuré du levain, les invite à se méfier de toute attitude fausse ou hypocrite.

                                                                      *

            « La demande répétée de signes est donc bien un point commun entre Hérode et les pharisiens…La description des scribes dont il faut également « se garder », en Marc 12, 38-40, confortera cette interprétation. Mais c’est une forme particulière de « l’hypocrisie » que dénonce ici Jésus : ne jamais reconnaître les signes comme tels, refuser la médiation des témoins de ces « signes », en demander toujours de nouveaux, persister dans une surenchère…

            Depuis le début de l’évangile, les « signes » ont surabondé, à commencer par les guérisons. Mais à bien lire Marc, l’éblouissement a souvent prévalu, qui a aveuglé les spectateurs : l’étonnement, la stupéfaction ont fait écran, sans que la foi naisse ou s’approfondisse vraiment. » (D-M d’Hamonville. Marc, hc).

                                                                      *

            Jean (20, 31) soulignera l’unique finalité des « signes » qu’il a racontés : « Pour que vous croyiez… »

 

Répondre à () :


Captcha