0
Commentaire de l'Evangile du chanoine Daleau
Méditation du 15 novembre 2020
Méditation du 15 novembre 2020
© viechretienne.fr

| Webmaster

Méditation du 15 novembre 2020

2020 11 15 ENTRE DANS LA JOIE (33TO) (Matthieu 25, 14-30)

 

Qu’est-ce qu’un « talent » ? – D’un poids d’environ 35 kilogrammes, il se divise en 3000 mines ; à l’époque de Jésus, le talent équivaut à 6.000 drachmes. Et la drachme est la mesure approximative d’un denier (salaire d’une journée). Les chiffres, on le sait, étaient volontairement grossis, « pour attirer l’attention ». Et « le maître », très riche, sera d’autant plus facilement comparé à Dieu.

            Comment les auditeurs de Jésus entendaient-ils cette parabole ? Ils pouvaient penser à leurs « dirigeants », honnêtes ou profiteurs selon les cas. Quand certains mettent leurs compétences au service du peuple, d’autres enfouissent leurs capacités la paresse ou le désordre. Les « valeurs morales » viennent plus spontanément à l’esprit que les réflexions spirituelles ou théologiques. Et la tendance à critiquer les défauts plus facile et  rapide qu’à estimer les mérites…La paille et la poutre…

            Sous leurs yeux, les auditeurs de Jésus voient les pharisiens et certains scribes, responsables du « Dépôt sacré de la Parole de Dieu » ; ils pratiquent minutieusement la Loi, mais rendent stérile la religion. N’ont-ils pas « dédaigné » le don de Dieu, en faisant perdre à ce trésor toute sa valeur ? Ils l’ont enfoui par manque de générosité ou peur des tracasseries  qu’aurait exigé la mise en valeur.

            Saint Hilaire expliquait comment les païens (Gentils) ont fait fructifier les talents reçus, eux aussi, alors que leurs aînés dans la foi ont « démérité. »

 

« Ce serviteur à qui son maître a confié deux talents, c'est le peuple des Gentils, qui a été justifié par la foi et par la confession du Père et du Fils, et qui témoigne hautement que Jésus-Christ est à la fois Dieu et homme par l'union de l'esprit et de la chair. Ce peuple a donc reçu deux talents, et, de même que les Juifs ont doublé, en croyant à l'Évangile, la valeur des cinq talents mystérieux, c'est-à-dire de la loi qu'ils avaient reçue, ainsi les Gentils, en faisant fructifier leurs deux talents ont mérité de les voir doublés par le don de l'intelligence et des œuvres.

Ou bien enfin, ce serviteur qui a reçu un talent et l'a enfoui dans la terre, c'est le peuple qui s'opiniâtre à suivre la loi, et qui, par un sentiment d'envie contre les Gentils, qui doivent être sauvés, cache le talent qu'il a reçu; car, enfouir le talent dans la terre, c'est cacher la gloire de la prédication de l'Évangile… »

 

Répondre à () :


Captcha