0
Commentaire de l'Evangile du chanoine Daleau
Méditation du 14 février 2021
Méditation du 14 février 2021
© viechretienne.fr

| Webmaster

Méditation du 14 février 2021

 2021 02 14 ON VENAIT A LUI (6TO) (Marc 1, 40-45)

 

            Le lépreux, jadis et toujours, est exclu de toute société ; il vit donc, et souvent en groupe, loin des lieux habités. Ici, ce lépreux ose venir auprès de Jésus : c’est qu’il croit Jésus capable de le guérir. Sa demande exprime cette confiance (« si tu le veux, tu peux »).

            Le mot « compassion », comme en d’autres circonstances, traduit faiblement l’idée du verbe grec « remué jusqu’aux entrailles ». La simple vue d’un homme lépreux a de quoi bouleverser. Si le lépreux a eu l’audace d’approcher Jésus, Il fait, Lui aussi, ce qui est en principe interdit : «Jésus étendit la main, le toucha. » C’est donc qu’Il accorde à cet homme une attention particulière.

            « Ce contact entre Jésus et l’impur est décisif. Et presque aussitôt, parce que le lépreux se met à divulguer l’histoire, Jésus, Lui, doit endosser la situation du lépreux qu’Il a guéri, comme une impureté qu’il aurait contractée à ce contact : Il ne peut plus entrer dans une ville, Il doit rester « en dehors, dans des endroits déserts ». Mais le mouvement paradoxal ne s’arrête pas là, il rebondit encore. « De partout cependant on venait à lui. »

            Cette poursuite du mouvement d’attraction vers Jésus et sa généralisation montrent que l’impureté ne s’est nullement transférée sur Lui : Il reste bien le centre vital autour duquel gravite le monde. Jésus, quand Il s’écarte du monde, voit le monde venir à Lui de plus en plus, comme magnétiquement ! Puissance du magnétisme de Jésus, prophétie en acte : « Quand je serai élevé de terre, J’attirerai tous les hommes à Moi » (Jean 12, 32).

            Il est frappant que le lépreux ait ici l’initiative en parole et en acte, comme si c’était lui qui, à l’instant, révélait à Jésus ses pouvoirs et même la profondeur de son désir : « Si tu le veux, tu peux »

            Dernier point : à la consigne de silence, déjà remarquée après un miracle, s’ajoute ici une consigne d’obéissance à la Loi, de soumission aux rites cultuels juifs. Jésus revoie l’homme se montrer au prêtre qui doit confirmer la guérison. » (David-Marc d’Hamonville ; Marc, l’histoire d’un choc)

            Ce rite de purification s’accompagnait d’une offrande de la part du lépreux. Ce geste signifiait son retour dans la communauté religieuse.

 

Répondre à () :


Captcha