0
Commentaire de l'Evangile du chanoine Daleau
Méditation du 13 mai 2020
Méditation du 13 mai 2020
© viechretienne.fr

| Webmaster

Méditation du 13 mai 2020

2020 05 13 LA VIGNE (5Pâques3)  (Jean 15, 1-8)

            Saint Augustin (Traité 80 de l’Evangile de Jean. § 2) a composé un commentaire  merveilleux de ce chapitre 15 de cet Evangile.

            « Je suis la vraie vigne », dit Jésus-Christ, « et mon Père est le vigneron. Il retranchera toutes les branches qui ne portent point de fruit en moi, et il émondera toutes celles qui portent du fruit, afin qu'elles en portent davantage ».

            Le vigneron et la vigne sont-ils donc la même chose ? Jésus-Christ est la vigne selon la nature qui lui permet de dire : « Le Père est plus grand que moi (Jean 14, 28) ». Mais selon la nature qui lui permet de dire : « Le Père et moi nous sommes un (Jean 10, 30) », il est lui-même le vigneron ; non pas un vigneron comme ceux qui en travaillant ne peuvent donner que des soins extérieurs, mais un vigneron capable de donner l'accroissement intérieur. « Car ce n'est pas celui qui plante ni celui qui arrose qui « est quelque chose, mais c'est Dieu qui donne l'accroissement ». Or, Jésus-Christ est vraiment Dieu; car « le Verbe était Dieu », ce qui fait que le Père et lui ne sont qu'un; et si « le Verbe s'est fait chair (Jean 1, 14) », ce qu'il n'était pas, il est cependant resté ce qu'il était.

            Enfin, après avoir dit du Père, en parlant de lui comme d'un vigneron, qu'il retranchera les branches stériles et qu'il émondera celles qui porteront du fruit, afin de leur en faire porter davantage, il montre qu'il émondera lui-même aussi les branches, et il ajoute aussitôt : «  Déjà vous êtes purs, à cause de la parole que je vous ai dite ». Voilà que lui-même il émonde les branches; c'est l'office du vigneron, et non celui de la vigne. Il fait même de quelques branches ses coopérateurs. Car bien qu'ils ne donnent pas l'accroissement, ils contribuent néanmoins en quelque chose à le produire, sans toutefois le faire par leur propre puissance. 

            « Parce que sans moi », dit Jésus-Christ, « vous ne pouvez rien faire ». Écoute-les, ils en font eux-mêmes l'aveu. « Qu'est-ce qu'Apollos? Qu'est-ce que Paul? Des ministres par qui vous avez cru et chacun selon le don du Seigneur. Moi, j'ai planté, Apollo a arrosé »; c'est donc selon le don que le Seigneur a fait à chacun, et non de leur propre fonds ». Voyez ce qui suit : Mais « Dieu a donné l'accroissement (1 Co 3, 5-7) »; ce n'est donc point par eux, mais par lui-même, que Dieu l'a fait.                       

Répondre à () :


Captcha