Paroisse Notre-Dame-de-la-Plaine - Luçon
0
Commentaire de l'Evangile du chanoine Daleau
Méditation du 13 janvier 2020

| Webmaster

Méditation du 13 janvier 2020

(Marc 1, 14-20)

            Hérode (Antipas) vient d’arrêter Jean-Baptiste ; Marc nous dira (6, 17s) pourquoi au moment où Hérode le fera exécuter. Comme Jésus est connu du tétrarque qui cherchait à Le voir, selon Luc 9, 9,Jésus partit pour la Galilée proclamer l’Évangile de Dieu.

            Marc nous raconte succinctement son Annonce de la Bonne Nouvelle. Puisqu’Il est là, les temps sont accomplis, le temps où Dieu, dans sa « Sagesse », a jugé bon d’envoyer son Fils. « Le règne de Dieu est tout proche », Il commence avec Sa Présence et il va se manifester de plusieurs manières, notamment par l’appel de « disciples » dont Il fera ses apôtres, les responsables de son « Règne », ceux qui s’en feront les pionniers, les « témoins », les « Apôtres ».

            Il trouve des « pêcheurs » : n’oublions jamais que Dieu, dans sa Providence, ne se trompe jamais : en appelant des hommes humbles, Jésus prépare ce qu’Il dira un jour, selon Matthieu 11, 25-27 : « Père, Seigneur du ciel et de la terre, je proclame ta louange : ce que tu as caché aux sages et aux savants, tu l’as révélé aux tout-petits. » Il est notoire que Jésus ait appelé des hommes qui ne sont pas des scribes ou des docteurs de la Loi.

            La « symbolique » de « pêcheurs d’hommes » paraît évidente : l’appât ne sera plus un produit quelconque, mais la Parole de Dieu proclamée avec foi et avec force. L’appel va se renouveler avec Jacques et Jean, avec le même succès. Tous quatre suivent Celui qu’ils ne connaissent encore pas, ce qui suppose un « ascendant ». Ici, on ne peut oublier que Jean l’évangéliste présente cet appel tout différemment, en 1, 35-42 : André aurait été disciple de Jean-Baptiste, et, une fois appelé, aurait conduit Pierre à suivre Celui qu’on attendait, le Messie. 

            La Liturgie byzantine exalte  en ces termes André qu’elle appelle le « premier appelé »

            « Réjouis-toi, André, qui racontes partout la gloire de notre Dieu, comme le ciel éloquent (Ps 18,2). Toi le premier, tu as répondu à l'appel du Christ et es devenu son compagnon intime ; imitant sa bonté, tu réfléchis sa clarté sur ceux qui habitent dans les ténèbres. C'est pourquoi nous célébrons ta sainte fête et chantons : « Par toute la terre a retenti leur message, leur parole jusqu'aux limites du monde » (Ps 18,5). 

Répondre à () :


Captcha

Newsletter