0
Commentaire de l'Evangile du chanoine Daleau
Méditation du 12 septembre 2020
Méditation du 12 septembre 2020
© viechretienne.fr

| Webmaster

Méditation du 12 septembre 2020

2020 09 12 SUR LE ROC (23TO6) (Luc 6, 43-49)

            Paraboles et enseignement explicite se mêlent dans cette péricope. Jésus sait bien quels fruits spirituels sont bons ; il n’est pas possible de prier sans accompagner sa prière de bons fruits ; celui qui écoute la Parole et la met en pratique « bâtit sa maison sur le roc ».

            La première parabole envisage deux aspects différents à propos des fruits : si l’arbre est sain, il ne donne pas de fruits pourris ; de plus, chaque espèce donne des fruits qui lui sont propres. ‘A l’auditeur ou au lecteur de bien voir ce qu’il est, lui : s’il donne de bons fruits, c’est qu’il est saint, « bon arbre ». De même que l’arbre donne des fruits selon sa nature, ainsi les fruits, variés, seront appréciés pourvu qu’ils soient bons. On devine sous cette parabole un enseignement sur les charismes différents ; peu importe le fruit mûr, figue ou raisin, pourvu qu’il soit bon.

            Du verset 45, notre langue a établi le proverbe : « La bouche parle de l’abondance du cœur ». C’est là que peut se glisser le mensonge : il est si facile de dire autre chose que ce que l’on pense. Jésus parle ici de la loyauté : celui qui a le cœur plein de bonnes choses n’a pas à dire de mauvaises paroles ; mais celui qui dit de mauvaises choses montre que son cœur est mauvais.

            Ainsi en va-t-il de la prière ! Il ne suffit pas de crier vers le Seigneur sans accomplir sa volonté. Dans l’Evangile de Jean, (au ch. 8), Jésus reprend ceux qui disent qu’ils sont descendants d’Abraham, mais qui ne montrent pas leur foi.

            Alors les derniers versets se comprennent d’eux-mêmes : écouter la Parole et la mettre en pratique, c’est « bâtir son édifice spirituel sur le roc », et, dans le cas inverse, « sur le sable », ce qui est le vouer à l’échec en se trompant soi-même.

            Saint Bède le vénérable illustrait la même pensée avec d’autres images.

            « Notre-Seigneur ne veut pas qu'on se fasse illusion sur le sens de ces paroles: «La bouche parle de l'abondance du cœur », comme s'il n'exigeait des vrais chrétiens que les paroles et non pas les œuvres; il ajoute donc: «Pourquoi m'appelez-vous Seigneur, Seigneur, et ne faites-vous point ce que je dis», c'est-à-dire: Pourquoi vous glorifiez-vous de produire les feuilles des louanges de Dieu, vous qui ne produisez aucun fruit de bonnes œuvres. »

Répondre à () :


Captcha