0
Commentaire de l'Evangile du chanoine Daleau
Méditation du 12 février 2021
Méditation du 12 février 2021
© viechretienne.fr

| Webmaster

Méditation du 12 février 2021

2021 02 12 OUVRE-TOI (5TO5) (Marc 7, 31-37)

 

            « S’ouvrir à Dieu ! » Telle est la réponse que Dieu attend de chaque homme. Ici Jésus ouvre un sourd-bègue à l’audition et à la parole, les fonctions du corps qui permettent à l’âme de s’exprimer en chantant le bonheur de vivre comme un hymne à Dieu qui « a bien fait toutes choses : il fait entendre les sourds et parler les muets. »

 

            « Les protagonistes de Jésus dans cette scène restent indéfinis : le sourd-muet est entouré d’un groupe de personnes témoins du miracle, un pluriel qui n’est pas la foule, puisque Jésus emmène le sourd-muet « loin de la foule, à l’écart », comme il emmenait autrefois ses disciples (Marc 4, 34) (6, 31.32).

            Dans ce miracle, Jésus apparaît comme un thaumaturge qui met physiquement la main à la pâte, usant de ses doigts, de sa salive. Jamais ce toucher d’un infirme, proche du façonnage ou du pétrissage n’avait été décrit si concrètement. Ces gestes s’accompagnent d’un regard levé vers le ciel, comme pour le signe des pains, et d’un soupir. Un tel « faire » évoque un peu une création, et l’exclamation des témoins, qui dit l’excellence (kalôs) de ce « faire » (bis), fait penser au refrain du récit inaugural : « Et Dieu vit que cela était bon ! »(Genèse 1, 8)…

            On peut se demander si la succession des guérisons opérées par Jésus, chez Marc, n’obéit pas à quelque anthropologie descriptive. La grande majorité des premières guérisons a consisté à faire « sortir » et à « chasser » des esprits impurs, des démons, la fièvre même et toutes sortes de maux. Puis ont eu lieu des traitements qu’on pourrait dire « de surface » : lèpre, paralysie, main desséchée, assèchement d’une source de sang… Et voici que le mouvement progresse vers l’intérieur et s’inverse : non plus chasser ou faire sortir, mais « ouvrir », laisser entrer et circuler la parole à l’intérieur.

            Y a-t-il un lien entre la fermeture des disciples qui s’endurcissent et cette guérison ?

            C’est la première fois que Jésus guérit un « sourd ». Or l’appel à l’écoute est depuis le chapitre 4 l’invitation majeure que Jésus adresse aux foules, et de façon encore plus insistante aux disciples. Jésus guérit ici un homme au plus près de son ministère de la parole, objet même de sa prédication. » (David-Marc d’Hamonville. Marc, l’histoire d’un choc).

 

 

 

Répondre à () :


Captcha