0
Commentaire de l'Evangile du chanoine Daleau
Méditation du 11 novembre 2020
Méditation du 11 novembre 2020
© viechretienne.fr

| Webmaster

Méditation du 11 novembre 2020

2020 11 11 GLORIFIANT DIEU (32TO3) (Luc 17, 11-19)

 

 

Luc n’a pas dû trouver saine la tension qui existait entre les Juifs de Judée et les Samaritains ; il met en scène ici un Samaritain reconnaissant, et, dans la parabole bien connue (10, 29-37) le « Bon Samaritain. »

« Ils s’arrêtèrent à distance ».Ils savent bien la « loi d’exclusion » dont ils sont frappés et qui les condamne au rang de « bannis ». Jésus les guérit et veut les réintégrer dans la société des croyants. Sur dix lépreux guéris, un seul revient sur ses pas « en glorifiant Dieu à pleine voix. » Notons que Jésus ne le désigne pas par le nom de sa région, le « Samaritain », mais par ce qu’il est aux yeux de ses compatriotes, « un étranger ». Le lépreux samaritain joint au chant d’action de grâce une délicatesse de sa foi qui va lui valoir d’être non seulement « guéri », mais « sauvé. »

 

Saint Bernard a exalté la reconnaissance du Samaritain lépreux ; il met aussi l’accent sur le « manque de reconnaissance de ses contemporains.

« De nos jours, on voit beaucoup de gens qui prient, mais hélas, on n'en voit pas qui reviennent sur leurs pas et rendent grâce à Dieu... « N'ont-ils pas été guéris tous les dix ? Où sont donc les neuf autres ? » Vous vous rappelez, je pense, que c'est en ces termes que le Sauveur se plaignait de l'ingratitude des neuf autres lépreux. Nous lisons qu'ils savaient bien « prier, supplier et demander », car ils ont élevé la voix pour s'écrier : « Jésus, fils de David, ayez pitié de nous ». Mais il leur a manqué une quatrième chose que réclame l'apôtre Paul : « l'action de grâce » (1Tm 2, 1), car ils ne sont pas revenus sur leurs pas et n'ont pas rendu grâce à Dieu.

         Nous voyons bien encore de nos jours un certain nombre de personnes qui demandent à Dieu avec instance ce qui leur manque, mais on n'en voit qu'un petit nombre qui semblent reconnaissants des bienfaits qu'ils ont reçus. Il n'y a pas de mal à demander avec instance, mais ce qui fait que Dieu ne nous exauce pas, c'est qu'il trouve que nous manquons de gratitude. Après tout, peut-être est-ce encore un acte de clémence de sa part de refuser aux ingrats ce qu'ils demandent, pour qu'ils ne soient pas jugés d'autant plus rigoureusement à cause de leur ingratitude... »

 

Répondre à () :


Captcha