0
Commentaire de l'Evangile du chanoine Daleau
Méditation du 11 janvier 2021
Méditation du 11 janvier 2021
© viechretienne.fr

| Webmaster

Méditation du 11 janvier 2021

2021 01 11 ROYAUME DE DIEU (1TO1) (Marc 1, 14-20)

 

« L’heure (kairos), l’accomplissement des temps est donc marqué par ce surgissement à la fois discret, voilé,  et pourtant totalement neuf dans son contenu pour qui a l’oreille attentive. La nouveauté est là d’une Parole cachée dans la rumeur qui l’environne toujours et la précède aussi puisque nul ne prend la parole sans l’avoir d’abord ap-prise,  c’est-à-dire reçue d’un autre » (« Marc, l’histoire d’un choc », David-Marc d’Hamonville, Cerf 2019).

 C’est dire combien le moment précis du « Temps » est voulu par Dieu pour cet avènement : le langage « impérial » le plus haut et le plus précis est utilisé par l’évangéliste.

            Le même auteur continue sa méditation : « La bonne nouvelle est dans cette proximité et cette proximité passe par un rapport au temps, une attention au présent, au moment, à l’instant vécu, le temps psychologique, le temps « de l’âme », pas celui de la montre ou du chronomètre. »

 

            Et à propos des versets 16-20 : « En contraste avec cette rapidité un verbe frappe : « Je vous ferai « devenir » pêcheurs d’hommes…Jésus ne propose pas quelque chose d’immédiat, mais une transformation, un avenir. L’appel est d’abord une promesse…

            Jésus appelle des marins-pêcheurs. C’est une orientation décisive, massive, et nous devons considérer que cela dessine en germe l’Eglise voulue par Jésus, une Eglise de « pêcheurs d’hommes »,  selon cette expression qui s’avère un souvenir du Jésus historique, puisqu’elle est inconnue du judaïsme et que la première communauté chrétienne n’ a gardé la trace sans en garder l’usage ; Une Eglise de marins, de voyageurs courageux qui ne craignent pas l’hostilité des milieux qu’ils découvrent, une Eglise qui part à la pêche des hommes, et, pourquoi pas, une Eglise qui repêche les hommes ?

            Outre le courage déjà mentionné, une certaine audace, et le voyage, qu’est-ce qui définit en profondeur ce métier singulier ? – La première note indiscutable est liée à la barque commune : une solidarité vitale, constante et obligée. Ces hommes sont dans le même bateau, ils sont embarqués sans possibilité de quitter l’embarcation. L’obéissance au « capitaine », la coordination des mouvements doit être sans faille, sous peine de mettre tout le monde en danger. »

 

 

 

 

 

 

 

                                                                                                                                             

Répondre à () :


Captcha