0
Commentaire de l'Evangile du chanoine Daleau
Méditation du 11 janvier 2020
Méditation du 11 janvier 2020
© viechretienne.fr

| Webmaster

Méditation du 11 janvier 2020

(Jean 3, 22-30)

            Jésus a baptisé, assez peu, semble-t-il, mais ses disciples baptisaient ; c’est ce que nous dit Jean 4, 1-2. On commémore encore aujourd’hui ces baptêmes, dans certains rites, au lieu où Jean-Baptiste a baptisé de nombreuses personnes. On voit, par la remarque du verset 25 que la discussion au sujet des baptêmes battait son plein. Les fouilles archéologiques ont mis à jour dans cette région des bassins où les ablutions se faisaient « à l’eau courante » ; on se demande si ce n’est pas là l’origine du baptême.

            Y at-il eu une concurrence entre les disciples de Jean et ceux de Jésus à propos de ces baptêmes ? La réponse de Jean semble claire : si Jésus baptise, c’est qu’Il a reçu mission du Ciel pour le faire. Jean ne doute pas de Jésus : « C’est l’Epoux ». Ainsi, Jean se met à son service ; il est « l’ami de l’Epoux ».

            Que met Jean sous les mots « grandisse » et « diminue ?» Jean a parfaitement pris conscience de son rôle : il est au service de Dieu, et de Jésus qu’il a reconnu comme « Agneau de Dieu ». Lui se juge indigne de servir Jésus, et se met humblement à sa place d’ami de l’Epoux, de « voix » qui crie, de lampe qui transporte la Lumière. Jean, dans tout son ministère, loin de faire ombrage à Jésus, a préparé les cœurs à accueillir le Royaume.

            Que les disciples de Jésus découvrent « le service » et ne soient jamais jaloux d’une concurrence ! Le Maître, c’est le Christ : que chacun se sente honoré – comme Jean – de travailler pour qu’Il « grandisse » ! 

            Saint Jean Chrysostome exprime la joie de Jésus qui dépasse toute mesquinerie ou étroitesse humaine.

            « Mais comment Jean-Baptiste, qui avait dit précédemment : « Je ne suis pas digne de dénouer les courroies de sa chaussure, » se proclame maintenant son ami ? Ce n'est pas qu'il prétende à l'honneur d'être son égal, il veut simplement exprimer la plénitude de son allégresse ; car la joie des serviteurs, dans ces circonstances, est loin d'être aussi grande que celle des amis. C'est encore par condescendance pour la faiblesse de ses disciples, qu'il se dit l'ami de Jésus-Christ ; ils s'imaginaient que tout ce qui se passait le blessait vivement ; il leur fait voir que loin d'en être blessé, il est au comble de la joie, si l'Epoux est connu de son Epouse. »

Répondre à () :


Captcha