0
Commentaire de l'Evangile du chanoine Daleau
Méditation du 11 décembre 2019
Méditation du 11 décembre 2019
© viechretienne.fr

| cplucon

Méditation du 11 décembre 2019

(Matthieu 11, 28-30)            

            Le Messie dont nous préparons l’avènement sera « doux et humble de cœur », selon l’enseignement des prophètes. Jésus s’applique à Lui-même ce que Dieu leur avait inspiré. Il sera le « modèle » de la charité parfaite, en donnant sa vie par amour. 

            Il met sa toute-puissance au service de son Amour, et c’est pourquoi Il peut inviter à venir à Lui. « Le repos » dont Jésus parle est le « repos » évoqué déjà par le psaume 94, 11 « Dans ma colère, j'en ai fait le serment : Jamais ils n'entreront dans mon repos. » Il s’agit de trouver son repos en Dieu ; Saint Augustin parlera de ce repos au début de ses célèbres Confessions : « Notre cœur est sans repos tant qu’il ne repose en Toi, Seigneur ! » C’est la « réponse » pour tous les chercheurs de Dieu : eux du moins savent dans leur foi que ce repos ne sera complet qu’en Dieu, quand ils Le verront tel qu’Il est. « Nous le savons : quand cela sera manifesté, nous lui serons semblables car nous le verrons tel qu’il est. » (1Jean 3, 2b).

            Qui se plaint de trouver « le joug » du Seigneur « difficile » ? Qui le traîne comme un « fardeau » ? Le Seigneur est le plus doux des Maîtres pour ceux qui L’aiment et trouvent leur bonheur à accomplir Sa Volonté. Au lieu de s’en prendre à Lui, les baptisés peuvent s’en prendre à eux-mêmes de leur manque de foi-confiance en Lui, s’ils sont tentés, comme les Hébreux dans le désert, de récriminer ou de faire du « mauvais esprit ». Tout change quand on aime, or, ici, aimer dépend de la volonté ; ce n’est pas un sentiment naturel.

            Dorothée de Gaza (v. 500-?), moine en Palestine, grand « docteur » de l’amour de Dieu, suppliait de « revenir au repos » en Dieu par la vie droite et l’humilité.

           « Cependant la bonté de Dieu, comme je le répète souvent, n'a pas abandonné sa créature, mais elle se tourne encore vers elle et de nouveau la rappelle : « Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et accablés, et je vous soulagerai ». C'est-à-dire : Vous voilà fatigués, vous voilà malheureux, vous avez fait l'expérience du mal de votre désobéissance. (…)

            Allons, vivez par l'humilité, vous qui étiez morts par l'orgueil.  « Apprenez de moi que je suis doux et humble de cœur, et vous trouverez du repos pour vos âmes. » 

Répondre à () :


Captcha