0
Commentaire de l'Evangile du chanoine Daleau
Méditation du 10 septembre 2021
Méditation du 10 septembre 2021
© viechretienne.fr

| Webmaster 49317 mots

Méditation du 10 septembre 2021

2021 09 10 PAILLE ET POUTRE (23TO5) (Luc 6, 39-42)

 

                                                                     

            Deux premiers versets bien différents ! Et apparemment sans lien avec les versets 41-42, dont l’image se rapporte plutôt au v. 39. Le verset 40 sera repris par saint Jean 15, 20 dans un tout autre contexte ; il se trouvait aussi en Matthieu 10, 24.

            La courte parabole du verset 39 semble désigner – sans les nommer – les pharisiens qui se verraient volontiers les « guides » ; et l’on pense  à la « prière » ostentatoire en Luc 18, 9-14 ;

            « Une fois bien formé » : le disciple reste lui-même ; il ne « copie » pas strictement son maître, mais apporte dans l’exécution de l’enseignement du maître sa marque propre. Ainsi en est-il des apôtres ! Luc, à l’école de Saint Paul, a mis ses talents propres dans la rédaction de l’Evangile et des Actes des Apôtres ; ces livres sont les fruits de la fréquentation du maître, Saint Paul, qui, lui, demandait qu’on l’imite comme il imitait le Christ.

           

Les versets 41-42 sont devenus, tant semble leur évidence, un proverbe ; mais la parabole est dite à tout homme, car chacun est plus prompt à juger les défauts des autres qu’à regarder ce qui ne va pas chez lui.

Saint Augustin expliquait la parabole de la paille et de la poutre avec des exemples concrets.. Si un soi-disant guide met de l’animosité dans ses paroles, qu’il sache que «  la haine ne corrige jamais ». Seul Dieu est « impeccable ».

 

« Le Seigneur dans ce passage nous met en garde contre le jugement téméraire et injuste. Il veut que nous agissions avec un cœur simple et que nous n'ayons que Dieu en vue. Comme le mobile de beaucoup d'actions nous échappe, il serait téméraire de porter un jugement. Les plus prompts à juger témérairement et à blâmer les autres sont ceux qui préfèrent condamner que corriger et ramener au bien, ce qui dénote orgueil et mesquinerie. (...)

            Un homme, par exemple, pèche par colère, et toi tu le reprends avec haine. Il y a le même écart entre la colère et la haine qu'entre la paille et la poutre. La haine est une colère invétérée, qui avec le temps a pris une telle dimension, qu'elle mérite justement le nom de poutre. Il peut t'arriver de te mettre en colère, en désirant corriger, mais la haine ne corrige jamais (...)

            Chasse d'abord loin de toi la haine : ensuite tu pourras corriger celui que tu aimes. »

 

 

 

 

 

Répondre à () :


Captcha