0
Commentaire de l'Evangile du chanoine Daleau
Méditation du 10 septembre 2020
Méditation du 10 septembre 2020
© viechretienne.fr

| Webmaster

Méditation du 10 septembre 2020

2020 09 10 MISERICORDIEUX (23TO4) (Luc 6, 27-38)

            La liste est complète : rendre le bien pour le mal est le meilleur « travail » qu’un disciple puisse faire sur lui-même, en se faisant violence souvent, pour ne pas « répondre » au mal par un autre. Ce tableau a beaucoup contribué à l’entente et à la charité dans nombre de communautés (monastiques ou non). La promesse du « centuple » dans les derniers versets invite à l’action silencieuse : si un frère a tort, ce n’est pas à nous de le juger, car Dieu seul connaît « les reins et les cœurs ». Le bien devient « contagieux » ; il force la porte du mal.

            Le disciple suit et imite son Maître « riche en miséricorde » (Ep 2, 4). Nous ne pouvons guère oublier que Saint Jean-Paul II avait publié, le 30 novembre 1980, une encyclique qui avait ce titre, et où il écrivait notamment : «Ayons recours à Dieu par le Christ, nous souvenant des paroles du Magnificat de Marie, proclamant la miséricorde «de génération en génération»! Implorons la miséricorde divine pour la génération contemporaine! Que l'Eglise, qui cherche à l'exemple de Marie à être en Dieu la mère des hommes, exprime en cette prière sa sollicitude maternelle, et aussi son amour confiant, dont naît la plus ardente nécessité de la prière!

            Le Pape François avait pris pour thème le verset 36 de cette page de Luc : «Soyez miséricordieux comme votre Père est miséricordieux » pour présenter l’Année de la miséricorde, annoncée le 13 mars 2015, et qui allait commencer le 8 décembre 2015. «  Je désire en effet que le Jubilé soit une expérience vivante de la proximité du Père, permettant presque de toucher du doigt sa tendresse, afin que la foi de chaque croyant se renforce et que le témoignage devienne ainsi toujours plus efficace. »

            Prendre les devants pour servir les intérêts spirituels  des frères ne peut que nous faire progresser spirituellement. Que de gestes de bienveillance cette page aura suscités ! Le pardon fera progresser le « Royaume de Dieu », car Jésus l’a posé comme condition pour notre propre « justification ». Il nous demande d’aimer, partout et toujours, celui qu’Il met sur notre route. Ce n’est pas « faire plus » que Jésus demande, mais tout faire par amour ; or on n’a jamais fini d’aimer.

Répondre à () :


Captcha