0
Commentaire de l'Evangile du chanoine Daleau
Méditation du 10 novembre 2020
Méditation du 10 novembre 2020
© viechretienne.fr

| Webmaster

Méditation du 10 novembre 2020

 

2020 11 10 QUE NOTRE DEVOIR (32TO2) (Luc 17, 7-10)

 

            « C’est en Dieu que nous avons la vie, le mouvement et l’être » (Ac 17, 28). Rendons-nous grâce de pouvoir vivre et travailler ? L’humilité doit nous guider et nous devrions être heureux de pouvoir servir Dieu en servant nos frères. Tout ce qui nous grandit, parce que c’est fait avec amour,  devient éternel, disait Benoît XVI.

            Le serviteur, mû par ces sentiments, ne rechignera pas devant un travail supplémentaire. C’est parce que les « maîtres modernes »ont dépassé les limites que les travailleurs ont protesté et ont agi contre l’exagération déshumanisante. Ils ont contribué à ne plus voir la « juste dimension spirituelle de la valeur du travail ».

            Il est normal d’apporter sa goutte d’eau à l’édification de la cité des hommes. Saint Paul reprochait à certains membres de la communauté de Thessalonique le parasitisme (2 Th 3, 10-13)

            « Si quelqu’un ne veut pas travailler, qu’il ne mange pas non plus.  Or, nous apprenons que certains d’entre vous mènent une vie déréglée, affairés sans rien faire.  À ceux-là, nous adressons dans le Seigneur Jésus Christ cet ordre et cet appel : qu’ils travaillent dans le calme pour manger le pain qu’ils auront gagné. »

Saint Ambroise, dans son commentaire de l’Evangile de Luc, conseille de travailler pour Dieu « tant que nous vivons. »

            « Que personne ne se glorifie de ce qu'il fait, puisque c'est en simple justice que nous devons notre service au Seigneur... Tant que nous vivons, nous devons toujours travailler pour notre Seigneur. Reconnais donc que tu es un serviteur tenu à un grand nombre de services. Ne te rengorge pas d'être appelé « enfant de Dieu » (1Jn 3,1) : reconnaissons cette grâce, mais n'oublions pas notre nature. Ne te vante pas si tu as bien servi, car tu as fait ce que tu devais faire. Le soleil remplit son rôle, la lune obéit, les anges font leur service. Saint Paul, « l'instrument choisi par le Seigneur pour les païens » (Ac 9,15), écrit : « Je ne mérite pas le nom d'apôtre, parce que j'ai persécuté l'Eglise de Dieu » (1Co 15,9). Et si ailleurs il montre qu'il n'a conscience d'aucune faute, il ajoute ensuite : « Mais je n'en suis pas justifié pour autant » (1Co 4,4). Nous non plus, ne prétendons pas être loués pour nous-mêmes, ne devançons pas le jugement de Dieu. »


                 

 

           

 

 

 

Répondre à () :


Captcha