0
Commentaire de l'Evangile du chanoine Daleau
Méditation du 10 janvier 2021
Méditation du 10 janvier 2021
© viechretienne.fr

| Webmaster

Méditation du 10 janvier 2021

2021 01 10 FILS BIEN-AIME (Baptême de Jésus) (Marc 1, 7-11)

            Les premiers chrétiens situaient le commencement du « mouvement chrétien » au baptême de Jésus par Jean-Baptiste, comme en témoigne Pierre, dans son discours après l’Ascension (Ac 1, 22), au moment où les Apôtres veulent remplacer Judas.

            Le baptême n’existait que pour les prosélytes, ces païens qui se convertissaient au judaïsme. Le garçon juif entrait dans la communauté croyante par la circoncision. La pratique du baptême s’est élargie au premier siècle de notre ère, sous l’influence des chrétiens qui voulaient imiter Jésus.

            Le baptême de Jean avait sans doute été adopté par lui comme une pratique significative. Nous pouvons voir dans l’attitude de Jean-Baptiste un geste « pré-baptismal », une purification volontaire. Nous ne pouvons parler de « sacrement » qu’après Jésus.

            Les Actes des Apôtres disent que toutes premières communautés chrétiennes ont administré le baptême au nom de Jésus aussitôt après son départ : Paul reçoit le baptême des mains d’Ananie (Ac 9, 18) et Pierre ordonne de baptiser la famille païenne du centurion Corneille (Ac 10, 48). Paul n’a baptisé qu’exceptionnellement (1Co 1, 14, 17).

            Jésus reçoit donc le baptême des mains de Jean. Marc le mentionne sobrement, mais fait remarquer plusieurs signes venant du ciel. Les cieux se déchirent, pour montrer que Dieu « descend » sur terre. Le voici en Jésus : Il est là ! C’est une affirmation que le Ciel et la Terre sont unis, car Dieu a pris en Jésus notre nature humaine, hormis le péché. Autre signe, sensible celui-là : l’Esprit Saint, comme une colombe, descend sur Jésus. Troisième signe : le Père parle, pour désigner Jésus comme son Fils Bien -Aimé, en Qui Il « trouve sa joie »(ou « se complait »). Il est donc fait mention du Père, du Fils et de l’Esprit Saint. (On ne parlera de « Trinité » qu’au 2° siècle).

            Pourquoi Jésus, sans péché, a- t-Il voulu être baptisé ? Les Pères de l’Eglise  ont souligné que Jésus a pris sur ses épaules les péchés du monde avant de descendre dans la Jourdain pour les y noyer. Mais c’est sur la croix qu’Il poussera à son achèvement notre Rédemption, comme l’a dit saint Paul aux Colossiens : « Il a cloué nos péchés à la Croix (Col 2, 14). Jésus a Lui-même employé le mot « Baptême » pour désigner sa mort. « Pouvez-vous boire la coupe que je vais boire, être baptisé du baptême dans lequel je vais être plongé ? » Ils lui dirent : « Nous le pouvons. » Jésus leur dit : « La coupe que je vais boire, vous la boirez ; et vous serez baptisés du baptême dans lequel je vais être plongé. » (Marc 10, 38-39).

           

 

Répondre à () :


Captcha