0
Commentaire de l'Evangile du chanoine Daleau
Méditation du 10 février 2021
Méditation du 10 février 2021
© viechretienne.fr

| Webmaster

Méditation du 10 février 2021

2021 02 10 COMPRENEZ (5TO3) (Marc 6, 14-23)

 

L’explication de Jésus laisse entendre que l’interprétation du « pur » et de « l’impur » chez ses compatriotes avait été réduite – naïvement – à une question extérieure, on pourrait dire de propreté ou de saleté.

Jésus explique : il y a deux « intériorités », celle, physique et commune à tout le règne animal, le « ventre » ; et l’autre, bien plus noble, de la conscience, de l’âme. Les aliments sont donc « neutres » ; et on peut les prendre pour la vie physique, ils ne sont pas impurs. Là où la notion de « pureté » doit être prise en compte, c’est ce qui est produit par le cœur et qui peut « souiller » la conscience…Comptons-les ! Une douzaine.

Prenons l’exemple de la jalousie qui ne laisse pas l’esprit en paix ou de l’ambition qui ne connaît pas de limites : voilà des éléments impurs, et notre âme,  créée pour la ressemblance à Dieu, ne peut admettre une « rivalité » avec un frère.

« …Le cœur de l’homme recèle ce qui le souille. Jésus ne s’en prend pas ici à tel ou tel groupe religieux, aux scribes ou aux pharisiens, il parle de « l’homme », de tout homme, sans illusion.

Le déplacement d’une intériorité à l’autre ne se fait donc pas sans catastrophe : la pureté d’une observance rituelle n’abolit pas la souillure qui opère dans le cœur et s’exprime en réflexions, paroles et actes condamnables.

A la distinction de ces deux intériorités s’ajoute la distinction de l’entrée et de la sortie : un homme ne peut se souiller qu’avec ce qui sort de lui-même, pensées, paroles ou actes. Le danger n’est pas dehors, mais dedans. La menace d’une souillure qui me guette n’est pas en dehors de moi mais déjà en moi. »*

 On ne souvient plus guère d’Ezéchiel qui avait fait prendre conscience de la faute morale et avait mis en garde contre une observance matérielle. On constate à la lecture des Evangiles la perte du sens de la transcendance et la réduction de la faute à une simple pratique extérieure hygiénique ; en d’autres textes, le lavage des mains donnera lieu à des contestations analogues. Pour avoir admis le commerce sur les parvis du Temple, il fallait bien avoir perdu le sens de la « Maison de Dieu ».

 

*Tel est le commentaire de David-Marc d’Hamonville (Marc, histoire d’un choc).

 

Répondre à () :


Captcha