2
Informations et agenda paroissiales
La messe depuis la cathédrale, avec nos prêtres est en ligne

| Webmaster

La messe depuis la cathédrale, avec nos prêtres est en ligne

Homélie

4ème dimanche de carême - Laetare

Dimanche 22 mars 2020

Cathédrale de Luçon – 11h 

 

Chers frères et sœurs bien-aimés de Jésus Christ,

C’est donc la couleur liturgique rose en ce dimanche de Laetare, dimanche de la joie, 4ème dimanche de carême, même couleur et même joie que le 3ème dimanche de l’Avent : en ce temps de pénitence et de jeûne pour se préparer à Pâques, nous sommes invités à déjà goûter la joie de la résurrection, la joie de la conversion en passant des ténèbres à la lumière du Christ ! Voir la vie en rose, avec Jésus : c’est l’occasion, non ?

Une joie au goût bien particulier cette année, me direz-vous ! Oui, voyons tout d’abord ce que Dieu veut nous dire, ensuite cette invitation fondamentale qu’il nous fait d’avoir la foi, et enfin le nécessaire passage par la joie humble de l’action de grâce.

1/ Tout d’abord voyons ce que Dieu veut nous dire…

Oui, chers amis, comme pour l’Aveugle-né, Dieu veut nous ouvrir les yeux… L’Aveugle-né n’a rien demandé… Il n’est pas venu supplier Jésus de le guérir… Mais sans le lui demander, Jésus vient à lui et le guérit… Peut-être que pour nous aussi, en ce moment, Jésus comme toujours veut nous ouvrir les yeux, même à ceux qui ne le demandent pas…

Et c’est vrai qu’en ce moment troublé et étrange, nous sommes en droit de nous demander le sens de tout cela… L’année dernière, après l’incendie de Notre-Dame le lundi saint et les images de cette croix brillant dans les décombres, nous pouvions aussi y voir un signe… S’il faut être prudent avec les signes, le Seigneur dans l’Evangile, et l’Eglise, nous invitent à voir et reconnaître les signes des temps, comme le signe de Jonas par exemple… Et alors, qu’est-ce que Dieu veut nous dire aujourd’hui ? Il veut ouvrir nos yeux : mais pour voir quoi ?

Ce que nous vivons en ce moment est un mal car il tue et paralyse, mais de tout mal que Dieu ne veut pas, il peut s’en servir pour un bien plus grand : lequel ? Certains parlent (un peu vite) de la fin du monde, mais ce qui est sûr c’est que c’est probablement le fin d’un monde, et que le Seigneur, en ce temps de carême, nous invite à la conversion et nous demande d’ouvrir les yeux sur notre péché et nos erreurs : notre surconsommation, notre déracinement et l’oubli des vraies valeurs et de l’essentiel, et nous appelle avec certitude à plus de proximité, à mettre notre prochain et le local au centre de nos priorités, à revenir à l’enracinement et au bon sens, à cette écologie intégrale en vue du bien de tous les hommes et de tout l’homme… Nous mettons actuellement des moyens gigantesques en œuvre quand, dans le même temps, chaque année, 700 000 personnes meurent du paludisme mais comme cela concerne les pays pauvres c’est moins grave et moins important… voilà exemple parmi d’autres, chers amis, de l’aveuglement de notre société et de notre monde !!

Voilà, peut-être, chers frères et sœurs, ce que Dieu veut nous dire… Il veut ouvrir nos yeux et mettre de la lumière dans nos ténèbres, sa lumière, la lumière du monde, la lumière qu’est Jésus Christ lui-même. C’est la lumière de la foi, et c’est ce que Dieu nous demande…

2/ Ouvrir les yeux de la foi, chers amis !

Voilà ce que Dieu nous demande : croire vraiment que Jésus Christ est le Sauveur et la lumière du monde et que c’est en lui et en lui seul que nous devons mettre toute notre foi et notre espérance !

S’il ouvre les yeux d’un aveugle de naissance et que cela met une pagaille pas possible ensuite, c’est uniquement pour donner un signe par ce miracle, un signe qu’il est bien le Messie, le Fils de Dieu !

Chers amis, avons-nous vraiment la foi ? Pouvons-nous dire avec l’aveugle-né : « Je crois, Seigneur ! ».

Croyons-nous vraiment que Dieu peut intervenir et agir dans l’histoire, là maintenant ? Est-ce que nous prions avec foi et croyons que Dieu peut faire des miracles encore aujourd’hui et par exemple, qu’il peut mettre fin à cette épidémie à Pâques ou dans le temps pascal pour montrer sa puissance et sa sollicitude comme il l’a fait à maintes reprises par le passé ? Et alors Pâques et la résurrection auront un goût encore plus concret dans nos vies confinées… Encore faut-il le lui demander, y croire, le prier, et changer nos cœurs…

Mais déjà, croyons-nous à la puissance sacramentelle où Jésus est présent par son Esprit Saint au milieu de nous, pour nous guérir, nous nourrir, nous pardonner, nous sauver, aujourd’hui et maintenant ? Croyons-nous vraiment que le pain et le vin deviennent le corps et le sang de Jésus, et qu’à chaque messe il y a un miracle qui se produit sous nos yeux pour mieux se produire dans nos cœurs et dans nos vies ? Nous transformer ! Jésus, chers amis, veut nous transformer et être en nous une source vivifiante. Jésus veut être la lumière de notre vie. Encore faut-il que nous lui fassions confiance. Encore faut-il laisser sa lumière éclairer notre cœur et notre vie, et toutes les parts d’ombre et les obscurités de notre existence… Si nous laissons la porte entre-ouverte de notre cœur pour laisser passer la lumière de Jésus, alors Jésus pourra faire en nous des miracles ! 

Les enfants demandent à leurs parents, au coucher, de laisser la petite lumière allumée, car ils ont peur du noir… Et bien, nous aussi, demandons à notre Père du Ciel de laisser la petite lumière du Christ allumée dans notre nuit pour qu’elle ne cesse pas de grandir et que nous puissions goûter à la joie de la résurrection…

3/ Oui, 3ème et dernier point, chers frères et sœurs, nous sommes invités à demeurer dans la joie et dans l’action de grâce !

Regardez : Dieu par Samuel choisit le jeune David comme roi parce que c’est le plus jeune et le plus petit, c’est-à-dire le plus humble ! C’est de sa descendance que naîtra le Messie, le Christ ! De la lignée de David. Et Joseph était de la maison de David.

C’est bien le petit et le plus humble qui seul peut faire l’expérience comme le psalmiste (qui selon la tradition est le Roi David), l’expérience que seul le Seigneur est mon berger ! Que je peux traverser les ravins de la mort parce que toi, Dieu, tu es avec moi ! Rien ne peut me manquer ! Donc pas besoin de courir au supermarché !

Et il nous faut nous réveiller et nous secouer, comme le demande St Paul ! Et sortir du piège de l’orgueil comme celui des pharisiens qui ne veulent pas voir le miracle de Jésus : ils sont aveuglés par leur péché d’orgueil et disent « nous voyons » car ils pensent voir et savoir mais en fait ils sont aveugles !

Le Seigneur nous invite à cette simple et si fondamentale humilité : se savoir aveugle et savoir que j’ai besoin de la lumière du Christ pour m’éclairer, et que sans lui je ne peux rien faire ! Voilà grâce à quoi Dieu peut faire des miracles dans notre vie : par l’humilité pour laisser Dieu agir en nous !

Beaucoup de nos contemporains et parfois nous avec eux, nous ne voulons pas voir, comme les pharisiens ! Nous ne voulons pas avoir besoin de Dieu ni des autres… Nous refusons Dieu ! Nous résistons à Dieu !

Alors, il nous faut entrer dans cette dynamique de conversion : accepter d’être un pauvre et un aveugle ! Accepter d’avoir besoin de la lumière de Jésus ! Voir avec les yeux du cœur qui sont les vrais yeux de la foi ! Laisser Jésus toucher notre cœur et nos yeux en étant humble et petit…

Et un des meilleurs moyens pour demeurer humble et petit c’est de vivre dans l’action de grâce : de ramener et de rendre toutes les grâces à Dieu ! De ne dépendre que de Dieu et pour concrétiser cela, de lui rendre grâce, de lui dire merci ! C’est en rendant grâce sans cesse à Dieu que nous vivrons une authentique communion spirituelle car l’eucharistie, c’est l’action de grâce par excellence !

Et l’action de grâce, chers amis, ouvrent et dilatent notre cœur pour accueillir la joie de Dieu chaque jour !

Oui, chers frères et sœurs, rendons grâces sans cesse à Dieu et alors nos yeux s’ouvriront et sa lumière habitera notre cœur et notre vie ! Laissons le Christ agir en nous ! Laissons-le accomplir son œuvre d’amour et d’illumination ; et avec St Paul je vous dis : « Réveille-toi, ô toi, qui dors, relève-toi d’entre les morts, et le Christ t’illuminera ! » Le Christ nous illuminera… si nous nous réveillions…

Demandons à la Vierge Marie la grâce de rendre grâce à Dieu comme elle lors de son Magnificat et par là, par Marie et avec Marie, d’avoir la foi et l’humilité qui vont ensemble pour laisser le Christ nous illuminer.

Je Vous salue Marie.

Amen.

Notre-Dame de l’Assomption, priez pour nous !

 

LECTURES DE LA MESSE

PREMIÈRE LECTURE

David reçoit l’onction comme roi d’Israël (1 S 16, 1b.6-7.10-13a)

Lecture du premier livre de Samuel

En ces jours-là,
    le Seigneur dit à Samuel :
« Prends une corne que tu rempliras d’huile, et pars !
Je t’envoie auprès de Jessé de Bethléem,
car j’ai vu parmi ses fils mon roi. »
    Lorsqu’ils arrivèrent et que Samuel aperçut Éliab,
il se dit :
« Sûrement, c’est lui le messie,
lui qui recevra l’onction du Seigneur ! »
    Mais le Seigneur dit à Samuel :
« Ne considère pas son apparence ni sa haute taille,
car je l’ai écarté.
Dieu ne regarde pas comme les hommes :
les hommes regardent l’apparence,
mais le Seigneur regarde le cœur. »
    Jessé présenta ainsi à Samuel ses sept fils,
et Samuel lui dit :
« Le Seigneur n’a choisi aucun de ceux-là. »
    Alors Samuel dit à Jessé :
« N’as-tu pas d’autres garçons ? »
Jessé répondit :
« Il reste encore le plus jeune,
il est en train de garder le troupeau. »
Alors Samuel dit à Jessé :
« Envoie-le chercher :
nous ne nous mettrons pas à table
tant qu’il ne sera pas arrivé. »
    Jessé le fit donc venir :
le garçon était roux, il avait de beaux yeux, il était beau.
Le Seigneur dit alors :
« Lève-toi, donne-lui l’onction : c’est lui ! »
    Samuel prit la corne pleine d’huile,
et lui donna l’onction au milieu de ses frères.
L’Esprit du Seigneur s’empara de David à partir de ce jour-là.

   – Parole du Seigneur.

PSAUME

(Ps 22 (23), 1-2ab, 2c-3, 4, 5, 6)

R/ Le Seigneur est mon berger :
rien ne saurait me manquer. (cf. Ps 22, 1)

Le Seigneur est mon berger :
je ne manque de rien.
Sur des prés d’herbe fraîche,
il me fait reposer.

Il me mène vers les eaux tranquilles
et me fait revivre ;
il me conduit par le juste chemin
pour l’honneur de son nom.

Si je traverse les ravins de la mort,
je ne crains aucun mal,
car tu es avec moi :
ton bâton me guide et me rassure.

Tu prépares la table pour moi
devant mes ennemis ;
tu répands le parfum sur ma tête,
ma coupe est débordante.

Grâce et bonheur m’accompagnent
tous les jours de ma vie ;
j’habiterai la maison du Seigneur
pour la durée de mes jours.

DEUXIÈME LECTURE

« Relève-toi d’entre les morts, et le Christ t’illuminera » (Ep 5, 8-14)

Lecture de la lettre de saint Paul apôtre aux Éphésiens

Frères,
    autrefois, vous étiez ténèbres ;
maintenant, dans le Seigneur, vous êtes lumière ;
conduisez-vous comme des enfants de lumière
    – or la lumière
a pour fruit tout ce qui est bonté, justice et vérité –
    et sachez reconnaître
ce qui est capable de plaire au Seigneur.
    Ne prenez aucune part aux activités des ténèbres,
elles ne produisent rien de bon ;
démasquez-les plutôt.
    Ce que ces gens-là font en cachette,
on a honte même d’en parler.
    Mais tout ce qui est démasqué
est rendu manifeste par la lumière,
    et tout ce qui devient manifeste est lumière.
C’est pourquoi l’on dit :
Réveille-toi, ô toi qui dors,
relève-toi d’entre les morts,
et le Christ t’illuminera.

    – Parole du Seigneur.

ÉVANGILE

« Il s’en alla et se lava ; quand il revint, il voyait » (Jn 9, 1-41)

Gloire et louange à toi
Seigneur Jésus. !
Moi, je suis la lumière du monde, dit le Seigneur.
Celui qui me suit aura la lumière de la vie.
Gloire et louange à toi
Seigneur Jésus ! (Jn 8, 12)

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

En ce temps-là,
en sortant du Temple,
    Jésus vit sur son passage
un homme aveugle de naissance.
    Ses disciples l’interrogèrent :
« Rabbi, qui a péché, lui ou ses parents,
pour qu’il soit né aveugle ? »
    Jésus répondit :
« Ni lui, ni ses parents n’ont péché.
Mais c’était pour que les œuvres de Dieu
se manifestent en lui.
    Il nous faut travailler aux œuvres de Celui qui m’a envoyé,
tant qu’il fait jour ;
la nuit vient où personne ne pourra plus y travailler.
    Aussi longtemps que je suis dans le monde,
je suis la lumière du monde. »
    Cela dit, il cracha à terre
et, avec la salive, il fit de la boue ;
puis il appliqua la boue sur les yeux de l’aveugle,
    et lui dit :
« Va te laver à la piscine de Siloé »
– ce nom se traduit : Envoyé.
L’aveugle y alla donc, et il se lava ;
quand il revint, il voyait.

    Ses voisins, et ceux qui l’avaient observé auparavant
– car il était mendiant –
dirent alors :
« N’est-ce pas celui qui se tenait là pour mendier ? »
    Les uns disaient :
« C’est lui. »
Les autres disaient :
« Pas du tout, c’est quelqu’un qui lui ressemble. »
Mais lui disait :
« C’est bien moi. »
    Et on lui demandait :
« Alors, comment tes yeux se sont-ils ouverts ? »
    Il répondit :
« L’homme qu’on appelle Jésus a fait de la boue,
il me l’a appliquée sur les yeux et il m’a dit :
‘Va à Siloé et lave-toi.’
J’y suis donc allé et je me suis lavé ;
alors, j’ai vu. »
    Ils lui dirent :
« Et lui, où est-il ? »
Il répondit :
« Je ne sais pas. »

    On l’amène aux pharisiens, lui, l’ancien aveugle.
    Or, c’était un jour de sabbat que Jésus avait fait de la boue
et lui avait ouvert les yeux.
    À leur tour, les pharisiens lui demandaient comment il pouvait voir.
Il leur répondit :
« Il m’a mis de la boue sur les yeux, je me suis lavé,
et je vois. »
    Parmi les pharisiens, certains disaient :
« Cet homme-là n’est pas de Dieu,
puisqu’il n’observe pas le repos du sabbat. »
D’autres disaient :
« Comment un homme pécheur
peut-il accomplir des signes pareils ? »
Ainsi donc ils étaient divisés.
    Alors ils s’adressent de nouveau à l’aveugle :
« Et toi, que dis-tu de lui,
puisqu’il t’a ouvert les yeux ? »
Il dit :
« C’est un prophète. »
    Or, les Juifs ne voulaient pas croire
que cet homme avait été aveugle
et que maintenant il pouvait voir.
C’est pourquoi ils convoquèrent ses parents
    et leur demandèrent :
« Cet homme est bien votre fils,
et vous dites qu’il est né aveugle ?
Comment se fait-il qu’à présent il voie ? »
    Les parents répondirent :
« Nous savons bien que c’est notre fils,
et qu’il est né aveugle.
    Mais comment peut-il voir maintenant,
nous ne le savons pas ;
et qui lui a ouvert les yeux,
nous ne le savons pas non plus.
Interrogez-le,
il est assez grand pour s’expliquer. »
    Ses parents parlaient ainsi
parce qu’ils avaient peur des Juifs.
En effet, ceux-ci s’étaient déjà mis d’accord
pour exclure de leurs assemblées
tous ceux qui déclareraient publiquement que Jésus est le Christ.
    Voilà pourquoi les parents avaient dit :
« Il est assez grand, interrogez-le ! »

    Pour la seconde fois,
les pharisiens convoquèrent l’homme qui avait été aveugle,
et ils lui dirent :
« Rends gloire à Dieu !
Nous savons, nous, que cet homme est un pécheur. »
    Il répondit :
« Est-ce un pécheur ?
Je n’en sais rien.
Mais il y a une chose que je sais :
j’étais aveugle, et à présent je vois. »
    Ils lui dirent alors :
« Comment a-t-il fait pour t’ouvrir les yeux ? »
    Il leur répondit :
« Je vous l’ai déjà dit,
et vous n’avez pas écouté.
Pourquoi voulez-vous m’entendre encore une fois ?
Serait-ce que vous voulez, vous aussi, devenir ses disciples ? »
    Ils se mirent à l’injurier :
« C’est toi qui es son disciple ;
nous, c’est de Moïse que nous sommes les disciples.
    Nous savons que Dieu a parlé à Moïse ;
mais celui-là, nous ne savons pas d’où il est. »
    L’homme leur répondit :
« Voilà bien ce qui est étonnant !
Vous ne savez pas d’où il est,
et pourtant il m’a ouvert les yeux.
    Dieu, nous le savons, n’exauce pas les pécheurs,
mais si quelqu’un l’honore et fait sa volonté, il l’exauce.
    Jamais encore on n’avait entendu dire
que quelqu’un ait ouvert les yeux à un aveugle de naissance.
    Si lui n’était pas de Dieu,
il ne pourrait rien faire. »
    Ils répliquèrent :
« Tu es tout entier dans le péché depuis ta naissance,
et tu nous fais la leçon ? »
Et ils le jetèrent dehors.

    Jésus apprit qu’ils l’avaient jeté dehors.
Il le retrouva et lui dit :
« Crois-tu au Fils de l’homme ? »
    Il répondit :
« Et qui est-il, Seigneur,
pour que je croie en lui ? »
    Jésus lui dit :
« Tu le vois,
et c’est lui qui te parle. »
    Il dit :
« Je crois, Seigneur ! »
Et il se prosterna devant lui.

    Jésus dit alors :
« Je suis venu en ce monde pour rendre un jugement :
que ceux qui ne voient pas
puissent voir,
et que ceux qui voient
deviennent aveugles. »
    Parmi les pharisiens, ceux qui étaient avec lui
entendirent ces paroles et lui dirent :
« Serions-nous aveugles, nous aussi ? »
    Jésus leur répondit :
« Si vous étiez aveugles,
vous n’auriez pas de péché ;
mais du moment que vous dites : ‘Nous voyons !’,
votre péché demeure. »

    – Acclamons la Parole de Dieu.

La communion spirituelle et prières au 20 mars 2020
Voir l'article

Répondre à () :


Captcha
de Sainte Foy | 22/03/2020 10:36

Merci de nous permettre de garder le contact

Famille PUAUD | 22/03/2020 15:42

Merci À vous tous qui avez rendu cette célébration en ligne possible ! Merci pour cette Messe. Que Dieu vous Bénisse. En Union de Prière. Famille PUAUD.