0
Actus paroissiales
LA LÈPRE EST UNE MALADIE TROPICALE NÉGLIGÉE
LA LÈPRE EST UNE MALADIE TROPICALE NÉGLIGÉE
© a

| Webmaster

LA LÈPRE EST UNE MALADIE TROPICALE NÉGLIGÉE

La lutte continue !

omjgpafpcooheape.png
omjgpafpcooheape.png © a
omjgpafpcooheape.png

La lèpre existe toujours !

Aujourd'hui encore, la lèpre, maladie de la misère, fait des ravages :

Chiffres de la lèpre dans le monde
Chiffres de la lèpre dans le monde
Chiffres de la lèpre dans le monde

*Source : Organisation Mondiale de la Santé

 

Des millions de personnes guéries de la lèpre vivent aujourd'hui avec une mutilation handicapante, qui les empêche de retrouver leur place dans leur communauté.

Dans des pays pauvres, les stigmates de la maladie entraînent souvent une exclusion sociale de la part de leur communauté d'origine. Le bacille a disparu, mais le rejet perdure. Malgré tous nos efforts et I 'implication de nombreux autres acteurs partenaires, des enfants contractent encore la maladie. Les résultats ne sont pas suffisants. En cause : une baisse des compétences et des moyens alloués aux systèmes de santé, un niveau d'instruction dégradé, notamment chez les jeunes filles, un isolement et une grande précarité des populations. C'est contre tout cela que nous luttons au sein de la Fondation.

Mais ce travail demande des moyens conséquents. En 10 ans, les dons collectés en France lors de la Journée Mondiale des malades de la Lèpre ont été divisés par 2, passant de 1 million d'euros en 2007 à un peu moins de 500 000 euros en 2018 ! Générosité et mobilisation de chacun sont indispensables à la poursuite de nos actions sur le terrain, mais aussi dans le cadre de notre contribution aux travaux de recherche visant à éradiquer cette maladie. Sans l'aide de nos concitoyens, cette solidarité ne peut exister, alors qu'au contraire, elle doit être renforcée.

Raoul Follereau dénonçait encore en 1961 : « Cela va-t-il durer ? Laisserons-nous mourir, pourrir, quinze millions d 'êtres humains, alors que nous savons maintenant qu 'on peut les soigner, les sauver, les guérir ? ».

Fidèles au grand rendez-vous d'amour et de prière créé par Raoul Follereau en 1954 et encouragé par le pape François, les bénévoles se mobilisent encore cette année pour faire face à cette terrible maladie.

Répondre à () :


Captcha