0
Homélies paroissiales
Homélie du jour de Noël par l'Abbé Alexandre-Marie Robineau
Homélie du jour de Noël par l'Abbé Alexandre-Marie Robineau
© a

| Webmaster 1184 mots

Homélie du jour de Noël par l'Abbé Alexandre-Marie Robineau

Homélie

Chers frères et sœurs bien-aimés de Jésus Christ,

A Noël, Dieu se donne à voir. A Noël, Dieu nous montre son visage. Son visage s’éclaire.

« Qui m’a vu a vu le Père » nous dit Jésus. La lumière éternelle de Dieu entre dans le temps, entre dans le monde, entre dans la nuit. Dieu illumine en venant lui-même. « Son visage s’éclaire et nous sommes sauvés ».

« Le Verbe s’est fait chair, et il a habité parmi nous ». Dieu s’est fait homme, chers amis, et cela n’est pas banal ! C’est un mystère insondable qu’il nous faut vraiment méditer sans cesse. C’est une des originalités de la foi chrétienne que de croire en ce mystère de l’incarnation. Dans les autres religions ou philosophies, soit Dieu est très loin et le monde n’est que mauvais, et donc Dieu ne s’y mouille pas… Soit on transforme des hommes en des demi-dieux, mi-hommes, mi-animaux, parce qu’on rejette ce qu’est vraiment la nature humaine et sa faiblesse.

Notre Dieu lui il assume ! Il assume notre chair. Il assume notre condition humaine. Il assume notre péché pour le transformer, pour le sublimer ! Nous croyons que la Création est bonne. Certes, elle est blessée par le péché et a besoin d’être sauvée, d’être pardonnée, mais comme elle est faite par Dieu et pour Dieu, notre nature humaine trouve tout son sens dans l’homme-Dieu, Jésus Christ, vrai Dieu et vrai homme, le Sauveur, venu nous révéler le visage d’amour du Père. Voyons comment : par le sacrement, par le frère, par le silence. 

1/ Le sacrement.

Vous venez à la messe pour le sacrement de l’eucharistie. Vous avez reçu le sacrement du baptême et la plupart celui aussi de la confirmation. Certains ont reçu le sacrement du mariage et même parfois celui des malades. Vous courrez, je le sais, dès que vous le pouvez au confessionnal pour recevoir le sacrement du pardon afin de vivre plus librement et plus joyeusement !

A travers cette réalité sacramentelle, c’est Dieu qui continue de s’incarner, qui continue de prendre chair et de se donner, de donner sa vie, son salut, son amour en nous donnant de vivre avec lui.

Le règne de Dieu, c’est, nous a dit Jésus, quand, lui, Jésus est là au milieu de nous. Et Jésus est là au milieu de nous sous sa forme sacramentelle qu’il a laissée à son Eglise pour continuer son incarnation (liturgie). Avons-nous bien conscience de cela chers amis ? C’est bouleversant ! C’est incroyable ! Dieu continue de se faire chair ! A chaque messe c’est Noël !

Dieu se donne à voir sous les espèces du pain et du vin. C’est son corps et son sang. C’est son visage !

Ce n’est plus vous ou moi qui célébrons, mais c’est le Christ Jésus lui-même qui célèbre et qui se rend présent. Il faut nous effacer pour laisser apparaître le visage même de Jésus !

Dans son dernier livre, le Cardinal Sarah dit ceci : « A l’autel, le prêtre doit désirer disparaître, se cacher dans les mots de l’Eglise et du Christ. Là, oublié de tous, il laissera transparaître le Christ. Alors, il sera à sa place ; en vérité, il deviendra hostie ».

Chers amis, offrons notre vie avec le Christ pour que le Christ soit visible. Lui seul, et non pas nous.

Plus nous aurons la foi en la présence sacramentelle de Dieu qui se donne à voir, plus nous serons configurés à lui et plus nous pourrons rayonner de la lumière de son visage… 

2/ Le frère

Chers amis, en prenant notre condition humaine et en prenant visage d’homme, Dieu sanctifie toute vie humaine. A travers le visage du frère et notamment du frère pauvre, fragile, faible, petit, Dieu se donne à voir et nous montre son visage.

Dieu continue de s’incarner dans la réalité fraternelle car nous ne nous sauvons pas seul. Nous sommes solidaires dans l’œuvre de salut de Dieu. Nous sommes membres du Corps du Christ. Le salut de mon frère, de ma sœur, doit aussi être mon souci et c’est pour cela que je dois être missionnaire sans cesse : annoncer et vivre cette bonne nouvelle du salut que Dieu donne ! Avoir des beaux pieds de messager…

C’est aussi pour cela que la foi chrétienne et notamment catholique est une religion profondément incarnée dans ses dimensions sociales et humaines. Être catholique ce n’est pas être hors du temps et hors du monde, rejetant tout ce qui ne semblerait pas spirituel ou de Dieu, ou qui, comme les sectes, affirmerait que la création et le monde ne sont pas bons et qu’ils doivent être rejetés. Non !

Nous catholiques, nous croyons, parce que le Verbe s’est fait chair, que Dieu s’est fait homme, que Dieu est présent dans chacun de mes frères et que c’est cela l’origine du vrai humanisme, et en fait le seul vrai humanisme.

Et c’est pour cela, que comme le Christ, à la suite du Christ, je dois donner ma vie pour mes frères. « Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis ». Dieu est notre ami. « Je ne vous appelle plus serviteur mais je vous appelle mes amis ». Et Dieu donne sa vie pour nous. Donnons notre vie pour Dieu et pour nos frères. 

3/ Enfin le silence.

Le Verbe s’est fait chair et il a habité parmi nous. Le silence nous donne d’entendre Dieu et de discerner la lumière de son visage. C’est dans le silence que Dieu se donne à voir. Dieu se voit surtout par les oreilles, par l’écoute, par le cœur.

Pour que la Parole de Dieu s’incarne et retentisse, il faut du silence. Il faut prier.

C’est dans le silence que Dieu a créé et que sa Parole créatrice a pu résonner et œuvrer.

C’est dans le silence du tombeau que le Christ, Parole de Dieu, Verbe du Père, a pu renaître à la vie nouvelle et tout recréer…

C’est dans le silence d’une nuit d’hiver, dans le silence d’une humble étable que le Verbe s’est fait chair, que le Christ est né…

C’est dans le silence de Nazareth pendant 30 ans que le Fils de Dieu a grandi à l’école de Marie et de Joseph…

Le silence, chers amis, le précieux et fragile silence indispensable à notre vie chrétienne… Le murmure d’une brise légère… Dieu est là ! Dieu se montre ! Dieu parle !

Comme Marie, la femme du silence et comme Joseph, l’homme de silence, choisissons aussi le silence pour qu’en nous le Verbe, la Parole de Dieu puisse prendre chair, comme à Noël. Chaque jour.

« La lumière brille dans les ténèbres et les ténèbres ne l’ont pas arrêtée ». Frères et sœurs de Jésus, nous sommes invités à l’accueillir dans nos vies et à laisser son visage briller sur nous et en nous. « Que ton visage s’éclaire et nous serons sauvés ». Le visage de Dieu…

Avec Marie, accueillons dans nos vies cette lumière qu’est Jésus Christ. Laissons-le illuminer nos vies. Laissons le visage de l’enfant-Dieu inonder notre cœur de la lumière de la Vie. Qu’avec Marie, nous puissions l’accueillir dans nos bras…

Je Vous salue Marie.jpg
Je Vous salue Marie.jpg © a
Je Vous salue Marie.jpg

Abbé Alexandre-Marie ROBINEAU +

Répondre à () :


Captcha