0
Homélies paroissiales
Homélie du dimanche de Pâques 2021 par l'abbé Alexandre-Marie Robineau
Homélie du dimanche de Pâques 2021 par l'abbé Alexandre-Marie Robineau
© a

| JFG

Homélie du dimanche de Pâques 2021 par l'abbé Alexandre-Marie Robineau

Homélie

Chers frères et sœurs bien-aimés de Jésus Christ,

Le Christ est ressuscité ! Il est… ? Il est vraiment ressuscité ! Alléluia !

Vous savez que c’est comme ça que se disent bonjour les russes et ukrainiens et autres chrétiens orientaux !! Pas mal, non ! Dans la rue, chez le boulanger, au sport, partout : Christ est ressuscité ! Il est vraiment ressuscité ! Mieux que notre « ça va ? » ; « ça va » « ça va ? », « ça va »… Imotep… Christ est ressuscité ! ça change tout ! Et là, alors là oui ça va, ça va même très bien…

Permettez moi ce matin de vous aider à prendre conscience de la chance,…de la chance ??!! Non… de la grâce… de cette incroyable grâce d’être chrétien et baptisé ! (D’ailleurs, petite parenthèse : une correction de langage svp !! Arrêtons de dire « j’ai de la chance », « quelle chance j’ai », etc. Non ! Mais « j’ai la grâce d’avoir une famille aimante », « j’ai la grâce d’avoir vécu de belles vacances », etc. ! La grâce qui vient de Dieu mieux que la chance qui vient du hasard… même si le hasard, c’est Dieu qui se balade incognito comme on dit…)

Donc de vous faire prendre conscience de la grâce d’être baptisé catholique et de participer au mystère pascal avec Jésus, à sa mort et sa résurrection pour être pleinement vivant aujourd’hui et maintenant, et pour la vie éternelle ! D’abord une grâce d’unité ! Une grâce de joie ! Et une grâce de liberté ! 

1/ Une grâce d’unité d’abord

Croire au Christ et mettre Jésus Christ à la première place dans sa vie est source d’une paix profonde permettant l’unité de notre cœur et de toute notre vie ! Et ce n’est pas rien ! C’est même l’essentiel ! Dans un monde éclaté, disloqué, qui craque de partout, qui n’a plus de repère et qui se divise sur tout et tout le temps, le Christ, Notre Vie, est le ferment de l’unité de notre vie ! En Jésus, nous sommes en communion avec Dieu et donc en communion avec tous nos frères et sœurs ! Et cela fait l’unité de tout notre être, de toute notre personne : corps, âme et esprit ! Et cela est lié à l’unité de toute notre foi ! D’où la grâce d’être chrétien catholique pour vivre l’unité de toute la foi depuis les Apôtres !

Et chers amis, tout est lié, profondément lié ! Sondage après sondage, on se rend compte que presque une majorité de catholiques ne croient pas ou plus en la résurrection de Jésus… !!! Dingue !! Mais bien réel ! Et on peut mettre ce chiffre en parallèle avec la perte de la foi en la présence réelle de Jésus dans le sacrement de l’eucharistie… Beaucoup de catholiques n’y voient qu’un simple repas et un bout de pain… Et avec tout ça la perte de la foi dans le mystère du sacerdoce institué par le Christ lui-même et donc aussi le manque de foi dans le mystère de l’Eglise, Corps du Christ, et qui n’est pas simplement un club, un parti, une association, un syndicat ou une corporation (image renvoyée par les médias !), mais qui est le Corps du Christ, le Peuple de Dieu, le Temple de l’Esprit Saint, divine et humaine, sainte Eglise de pécheurs, dont le mystère est lié profondément au Christ !

Oui, tout est lié ! Il y a une unité du mystère de la foi catholique et il faut tenir ensemble la foi dans le mystère pascal où Jésus est vraiment ressuscité et la foi dans le mystère de l’Eglise, et donc la foi dans le mystère du sacerdoce, et donc la foi dans le mystère eucharistique où Dieu ne cesse pas de se donner à nous et de nous donner sa vie !! Incroyable beauté du mystère de la foi catholique qui nous vient des Apôtres, instituée par Jésus Christ lui-même !!! Prenons le temps de rendre grâce à Dieu pour cela et d’entrer toujours plus dans la beauté de ce mystère en en vivant concrètement chaque jour… Et avec St Jean qui a vu et qui a cru, contemplons le Christ ressuscité pour grandir dans la foi… 

2/ Une grâce de joie

En laissant le Christ faire l’unité de notre vie, de notre cœur, par notre foi en la résurrection, nous aurons le cœur ouvert pour goûter à la grâce de la joie chrétienne véritable et profonde !!

Un chrétien doit se définir tout particulièrement par sa joie et son sourire ! Malgré les masques, n’hésitons pas à sourire et même à sourire encore plus car ça passe aussi par les yeux et le regard ! « Nous ne saurons jamais tout le bien qu’un simple sourire peut faire » disait Mère Teresa ! Oui, sourions ! Faisons-nous du bien !

Et ce ne doit pas être une façade ou quelque chose de forcée ! Non ! Mais une joie toute intérieure, qui vient du cœur, quand on goûte à l’amour de Dieu quoi qu’il arrive !! Oui, Dieu nous aime « quoi qu’il en coûte ! » jusqu’à mourir sur la croix pour mieux nous donner de participer à sa résurrection !

Par le baptême, comme le dit St Paul, nous sommes passés par la mort avec le Christ afin de ressusciter avec lui ! Et c’est déjà le cas maintenant !! Pour aujourd’hui ! Par toutes nos petites morts à nous-mêmes de chaque jour quand il faut se lever la nuit pour consoler un enfant, quand il faut se lever très tôt pour aller travailler et nourrir sa famille, quand il faut veiller et accompagner un parent âgé et malade, quand il faut renoncer à un plaisir ou des vacances pour aller prier pour un défunt, etc. etc. etc. Toutes ces petites morts à soi-même pour mieux aimer et se donner, pour être vraiment témoin de l’amour de Dieu ! Pour être vivant de la joie de la résurrection !

La joie chrétienne n’est ni exubérante ni insolente ni provocante ! Elle est source de vie et elle doit se partager ! Et donc se donner sans avoir peur de se perdre… Bernanos disait : « Seul celui qui a perdu son âme ne pense qu’à sauver sa peau ». Donc quand notre âme est à Dieu et remplie de la joie de Dieu, nous devons penser plus à nous donner et non pas à nous garder ou sauver notre peau très égoïstement…

Chers amis, que la joie de la résurrection soit vraiment notre moteur de chaque jour et prenons le temps pendant tout ce temps pascal de rendre grâce à Dieu sans cesse et en toute circonstance. La joie alors grandira dans notre cœur… Une joie vraiment contagieuse, bien plus contagieuse que ce virus… 

3/ La grâce de la liberté

Jésus ressuscité, le soir de la résurrection, rencontrant les apôtres apeurés, souffla sur eux son Esprit Saint pour leur remettre leur péché ! Donc l’Esprit de vie et de résurrection de Jésus nous est donné pour nous libérer de nos péchés. Comme le dit St Pierre dans son discours : « Quiconque croit en lui reçoit par son nom le pardon de ses péchés ». A chaque confession et chaque eucharistie, nous replongeons dans les eaux purifiantes de notre baptême ! Grâce du baptême que nous avons à vivre, à développer, à déployer chaque jour…

C’est le grand truc de Dieu, sa marotte : il veut que l’homme soit libre ! Pourquoi ? Parce que Dieu aime l’homme de manière infinie ! Et pas d’amour sans liberté ! Il voit bien qu’on en est incapable mais il insiste ! Dieu croit en l’homme plus que l’homme croit en Dieu (pourrait dire Raymond Devos !!) ! Gustave Thibon disait même, en provocation, qu’en créant l’homme Dieu organisait son propre suicide… L’amour de Dieu pour nous va jusque-là… Et Dieu nous pardonne sans cesse pour que nous puissions être libre, pour que nous puissions vraiment aimer et revenir vers lui… Le pardon de Dieu est profondément lié à notre liberté…

Vous savez : Dieu pardonne toujours, l’homme parfois mais la nature jamais ! Et comme la nature a horreur du vide, des choses inhumaines surviendront si nous ne remettons pas au cœur de la liberté humain la présence de notre Dieu d’amour… Dieu nous veut libre ! Il veut détruire nos tombeaux intérieurs, nos prisons de péchés dans lesquels nous sommes enfermés… Il veut briser nos chaînes pour nous libérer afin que nous aimions…

Accueillons cette liberté qui vient de l’amour de Dieu pour chacun de nous et qui sera la source de notre joie profonde et véritable, de l’unité de tout notre cœur !

 (Je termine…)

Vous savez la tradition, et avec elle St Ignace de Loyola dans ses exercices spirituels, invite à contempler et imaginer la première apparition de Jésus ressuscité à sa mère la Vierge Marie, dans la nuit, alors qu’elle prie. Ce n’est pas dans les Ecritures mais, en toute logique, à qui d’autre que sa mère, Jésus pouvait-il apparaître en premier ? Une apparition discrète, délicate et douce à celle qui a tenu bon dans la foi en la promesse…

Que la Vierge Marie nous aide à garder ferme notre foi en la résurrection ! Et qu’elle nous aide à en vivre quotidiennement pour être témoin de la résurrection du Christ autour de nous en partageant cette joie !

JVSM. Amen. 

Abbé Alexandre-Marie ROBINEAU +

 

MESSE DU JOUR DE PÂQUES

 

PREMIÈRE LECTURE

Lecture du livre des Actes des Apôtres

En ces jours-là,
quand Pierre arriva à Césarée
chez un centurion de l’armée romaine,
il prit la parole et dit :
« Vous savez ce qui s’est passé à travers tout le pays des Juifs,
depuis les commencements en Galilée,
après le baptême proclamé par Jean :
Jésus de Nazareth,
Dieu lui a donné l’onction d’Esprit Saint et de puissance.
Là où il passait, il faisait le bien
et guérissait tous ceux qui étaient sous le pouvoir du diable,
car Dieu était avec lui.
Et nous, nous sommes témoins
de tout ce qu’il a fait dans le pays des Juifs et à Jérusalem.
Celui qu’ils ont supprimé en le suspendant au bois du supplice,
Dieu l’a ressuscité le troisième jour.
Il lui a donné de se manifester,
non pas à tout le peuple,
mais à des témoins que Dieu avait choisis d’avance,
à nous qui avons mangé et bu avec lui
après sa résurrection d’entre les morts.
Dieu nous a chargés d’annoncer au peuple et de témoigner
que lui-même l’a établi Juge des vivants et des morts.
C’est à Jésus que tous les prophètes rendent ce témoignage :
Quiconque croit en lui
reçoit par son nom le pardon de ses péchés. »

– Parole du Seigneur.

 

PSAUME

R/ Voici le jour que fit le Seigneur,
qu’il soit pour nous jour de fête et de joie ! (117, 24)

Rendez grâce au Seigneur : Il est bon !
Éternel est son amour !
Oui, que le dise Israël :
Éternel est son amour !

Le bras du Seigneur se lève,
le bras du Seigneur est fort !
Non, je ne mourrai pas, je vivrai
pour annoncer les actions du Seigneur.

La pierre qu’ont rejetée les bâtisseurs
est devenue la pierre d’angle :
c’est là l’œuvre du Seigneur,
la merveille devant nos yeux.

 

DEUXIÈME LECTURE

Lecture de la lettre de saint Paul apôtre aux Colossiens

Frères,
si vous êtes ressuscités avec le Christ,
recherchez les réalités d’en haut :
c’est là qu’est le Christ, assis à la droite de Dieu.
Pensez aux réalités d’en haut,
non à celles de la terre.

En effet, vous êtes passés par la mort,
et votre vie reste cachée avec le Christ en Dieu.
Quand paraîtra le Christ, votre vie,
alors vous aussi, vous paraîtrez avec lui dans la gloire.

– Parole du Seigneur.

 

SÉQUENCE

À la Victime pascale,
chrétiens, offrez le sacrifice de louange.

L'Agneau a racheté les brebis ;
le Christ innocent a réconcilié
l'homme pécheur avec le Père.

La mort et la vie s'affrontèrent
en un duel prodigieux.
Le Maître de la vie mourut ; vivant, il règne.

« Dis-nous, Marie Madeleine,
qu'as-tu vu en chemin ? »

« J'ai vu le sépulcre du Christ vivant,
j'ai vu la gloire du Réssuscité.

J'ai vu les anges ses témoins,
le suaire et les vêtements.

Le Christ, mon espérance, est réssuscité !
Il vous précédera en Galilée. »

Nous le savons : le Christ
est vraiment ressuscité des morts.

Roi victorieux,
prends-nous tous en pitié !
Amen.

 

ÉVANGILE

Alléluia. Alléluia.
Notre Pâque immolée, c’est le Christ !
Célébrons la Fête dans le Seigneur !
Alléluia. (cf. 1 Co 5, 7b-8a)

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

Le premier jour de la semaine,
Marie Madeleine se rend au tombeau de grand matin ;
c’était encore les ténèbres.
Elle s’aperçoit que la pierre a été enlevée du tombeau.
Elle court donc trouver Simon-Pierre
et l’autre disciple,
celui que Jésus aimait,
et elle leur dit :
« On a enlevé le Seigneur de son tombeau,
et nous ne savons pas où on l’a déposé. »
Pierre partit donc avec l’autre disciple
pour se rendre au tombeau.
Ils couraient tous les deux ensemble,
mais l’autre disciple courut plus vite que Pierre
et arriva le premier au tombeau.
En se penchant, il s’aperçoit que les linges sont posés à plat ;
cependant il n’entre pas.
Simon-Pierre, qui le suivait, arrive à son tour.
Il entre dans le tombeau ;
il aperçoit les linges, posés à plat,
ainsi que le suaire qui avait entouré la tête de Jésus,
non pas posé avec les linges,
mais roulé à part à sa place.
C’est alors qu’entra l’autre disciple,
lui qui était arrivé le premier au tombeau.
Il vit, et il crut.
Jusque-là, en effet, les disciples n’avaient pas compris
que, selon l’Écriture,
il fallait que Jésus ressuscite d’entre les morts.

– Acclamons la Parole de Dieu.

Répondre à () :


Captcha