0
Homélies paroissiales
Homélie du dimanche 28 Juin 2020 par l'abbé Alexandre Marie ROBINEAU
Homélie du dimanche 28 Juin 2020 par l'abbé Alexandre Marie ROBINEAU
© a

| Webmaster

Homélie du dimanche 28 Juin 2020 par l'abbé Alexandre Marie ROBINEAU

(Audio et Texte)

 

Homélie

13ème dimanche du T.O.

Dimanche 28 juin 2020 (St Irénée)

 

Chers frères et sœurs bien-aimés de Jésus Christ,

Est-ce que vous savez ce qu’est un zombie ? Ça vient du créole haïtien, désignant une personne ayant perdu toute forme de conscience et d'humanité, au comportement violent envers les êtres humains et dont le mal est terriblement contagieux. C’est en lien avec des pratiques vaudous et donc de la sorcellerie ! Mais ce n’est pas que dans des films d’horreur, des clips de Mickaël Jackson ou des chansons pops des Cranberries ! Il peut y avoir aussi un zombie qui sommeille en chacun de nous… Blessés que nous sommes par le péché et le mal, nous pouvons leur laisser trop de place, et de manière très subtile, devenir inhumain et abîmer encore davantage l’image de Dieu qui est en nous… Sous de belles apparences, nous pouvons au fond de nous-mêmes être comme des morts-vivants ne laissant pas ou aucune place à Dieu ! Dieu serait un bonus, de temps en temps, mais pas le base ni le fondement de notre vie… Et si le vrai Dieu n’a plus sa place, c’est son ennemi qui la prend…Il faut donc sans cesse revenir vers le Seigneur ! Et notre foi catholique est paradoxale car plus nous perdons notre vie pour le Christ et plus nous nous trouvons nous-mêmes ! Plus nous nous oublions en nous donnant au Christ et comme le Christ, et plus nous nous réalisons en vérité, et plus nous sommes en accord avec notre cœur !

Alors, chers amis, voyons en quoi la Parole de Dieu de ce dimanche nous donne des repères pour vivre encore davantage cette conversion du cœur, ce don de notre vie afin que nous soyons pleinement vivants car notre Dieu veut que nous soyons véritablement vivants et non pas des zombies !

Accueillir, se perdre, se donner. 

1/ Accueillir

Le prophète Elisée est accueilli par ce couple et ce sera pour eux l’origine et la source de leur fécondité car c’est un homme de Dieu et Dieu est source de Vie nouvelle ! Et Jésus nous dit : « Qui vous accueille m’accueille ; et qui m’accueille accueille Celui qui m’a envoyé ».

Il y a également un passage de la lettre aux Hébreux qui dit : « N’oubliez pas l’hospitalité : elle a permis à certains, sans le savoir, de recevoir chez eux des anges » (He 13, 2).

Dans la vie de beaucoup de saints et de saintes, on remarque souvent qu’ils ont été marqués par la profondeur de la foi de leurs parents ou de proches ou de prêtres ou religieuses, foi qui s’incarnait dans une vraie charité très accueillante aux plus pauvres et hospitalière pour tous ! Ils vivaient cela au nom de l’Evangile, pour l’Amour de Dieu ! Certains le font de manière très naturelle, pour d’autres cela coûte et demande un réel effort : pas grave ! Ce qui compte, c’est d’accueillir ! Et ça nous bouscule ! Toujours…

Accueillir la présence de Dieu dans sa prière et par là sa volonté, ça nous bouscule ! ça nous dérange ! Et c’est normal ! Et c’est bon signe ! Et très souvent, cela passe par des médiations humaines ! Par le fait nous-même d’être accueilli et d’être un ange pour l’autre ! Ou par le fait d’accueillir et que le frère soit un ange envoyé de Dieu et Dieu lui-même présent pour moi ! Et Dieu a de l’humour et de la suite dans les idées !

Une petite anecdote : en juillet 2013, j’étais juste diacre et j’étais à un mariage dans le bocage. Il était minuit passé et je devais revenir passer la nuit chez mes parents. 2 routes étaient possibles et je crois, au final, avoir choisi l’une plus que l’autre pour éviter une possible présence des gendarmes ! Bref, en sortant du bourg du Boupère, sur le bord de la route, une femme avec un enfant et une valise comme si elle attendait un bus ou un train ! A minuit passé, au Boupère !! Je passe devant, interpelé et surpris, et prudent, et puis, quand même, au bout de 20 m, le temps de réaliser, je fais marche arrière. Et là, une rencontre assez incroyable : elle était chez son ami avec son neveu et il a commencé à boire et être violent, alors elle a prié en demandant l’aide de la Vierge Marie, puis elle a décidé de partir sans savoir où aller (elle était d’Angoulême !) mais en demandant à Dieu de l’aider en rencontrant qq’un pour cela… et elle attendait au bord de la route depuis quelques minutes quand je suis passé… quand elle m’a vu et qu’elle m’a raconté son histoire, elle ne cessait pas de bénir Dieu et de rendre grâce ! Elle était d’origine africaine ! Et le lendemain je l’ai amené à la gare de Luçon et elle a pu rentrer chez elle avec son neveu ! Quelle rencontre ! Imprévisible ! Un exemple parmi tant d’autres que Dieu écoute et exauce. L’Esprit Saint conduit et il se sert de nous… Laissons-nous faire, notamment en pratiquant concrètement l’accueil, l’hospitalité : savoir accueillir et recevoir, et tout de Dieu !! Et notamment accueillir les motions de l’Esprit Saint qui nous pousse et sait se servir de tout, même de nos limites, pour faire grandir le Règne de Dieu ! 

2/ Se perdre

« Qui a trouvé sa vie la perdra ; qui a perdu sa vie à cause de moi la trouvera » nous dit Jésus.

Le Seigneur nous invite à savoir perdre, à prendre des risques, à oser l’aventure de l’amour qui provoquera inévitablement des blessures, qui sera source de souffrances et d’épreuves, mais aussi source de joies encore plus grandes !

Aimer, ça coûte toujours ! Aimer vraiment, ça décape ! Aimer et vouloir aimer est toujours un exercice d’équilibriste et un chemin étroit sur une ligne de crête ! C’est toujours à reprendre que ce soit dans un couple, dans une amitié ou une communauté !

Et la base de tout, c’est l’Amour de Dieu ! Pour être digne du Christ, il faut l’aimer en premier, plus que ses parents ou ses enfants ! Quelle exigence ! Quel déchirement ! Oui, c’est vrai mais c’est fondamental pour aimer encore mieux, avec détachement, chastement ! Ne pas aimer pour soi-même et ramener à soi, et c’est toujours à reprendre ; mais aimer pour l’autre, pour se donner à l’autre, pour servir sa liberté… L’autre, l’être-aimé, que ce soit mon parent ou mon enfant ne m’appartient pas ! Il faut passer d’un amour captatif à un amour oblatif, un amour qui s’offre… et ça c’est crucifiant mais libérant ! De la vraie liberté de Dieu !

Et la suite du Christ, c’est ça ! Le Christianisme n’est pas d’abord une obéissance à une loi et des règles mais il est d’abord le choix libre du bien, et le bien suprême c’est Dieu lui-même ! Il faut d’abord aimer le Créateur avant les créatures !

Il faut donc se perdre entre les mains de Dieu, tout lui donner, s’abandonner pour mieux tout recevoir et accueillir ce que Dieu nous redonne au centuple ! S’en détacher pour mieux tout recevoir librement ! Et cela nous oblige à faire confiance en Dieu ! Totalement ! Comme le dit St Paul : mourir avec le Christ afin de ressusciter avec lui ! Chaque jour ! Et nous aurons tout, et tout l’amour, si nous confions tout à Dieu ! « Tout est à vous, mais vous, vous êtes au Christ et le Christ est à Dieu ». Perdre tout pour le Christ pour tout gagner de nouveau avec lui ! 

3/ Et donc aimer et se donner !

Le Christ doit être premier dans nos vies. Dieu, premier servi ! C’est lui qui donne sens et vie à tout le reste ! Et c’est l’amour de Dieu qui nous donnera d’aimer nos frères en vérité ! Cet amour de Dieu et du frère n’est qu’un, et il doit être premier dans nos vies, sans être victime de querelles de sensibilités, d’habitudes, de questions liturgiques ou autre ! L’amour nous invite à aller à l’essentiel ! C’est toujours une conversion et c’est toujours à reprendre ! Celui qui accueille en vérité n’est pas dans le jugement ! On peut juger un acte mais pas une personne… Aimons le Christ ! Aimons l’Amour ! Prendre sa croix et suivre le Christ, c’est aimer et vouloir aimer ! C’est une aventure ! Prenons-la ! Le Christ nous montre le chemin… Pour l’Amour de Dieu, prenons-le ce chemin ! Risquons-nous à l’accueil, à la perte, au don de soi… ça en vaut la peine ! 

Demandons à St Irénée, évêque de Lyon, fêté aujourd’hui, martyr en 202, et premier grand théologien du christianisme, de prier pour nous et de nous aider à avoir la vraie connaissance de Dieu et de son amour pour en vivre concrètement aujourd’hui !

Et avec Irénée, demandons à la Vierge Marie (dont il a si bien parlé pour défendre l’humanité du Christ), qu’elle nous aide à nous donner sans peur. Que par Marie, en cette eucharistie, nous donnions tout sur cet autel avec le Christ, au Père, dans l’Esprit, afin de tout accueillir et tout recevoir de Dieu en son Corps eucharistique ! Toute la vie de Dieu et tout son amour pour nous sont là !
 

Je Vous salue Marie.jpg
Je Vous salue Marie.jpg © a
Je Vous salue Marie.jpg

 

LECTURES DE LA MESSE

 

PREMIÈRE LECTURE

Lecture du deuxième livre des Rois

Un jour, le prophète Élisée passait à Sunam ;
une femme riche de ce pays
insista pour qu’il vienne manger chez elle.
Depuis, chaque fois qu’il passait par là,
il allait manger chez elle.
    Elle dit à son mari :
« Écoute, je sais que celui qui s’arrête toujours chez nous
est un saint homme de Dieu.
    Faisons-lui une petite chambre sur la terrasse ;
nous y mettrons un lit, une table, un siège et une lampe,
et quand il viendra chez nous, il pourra s’y retirer. »

    Le jour où il revint,
il se retira dans cette chambre pour y coucher.
    Puis il dit à son serviteur :
« Que peut-on faire pour cette femme ? »
Le serviteur répondit :
« Hélas, elle n’a pas de fils,
et son mari est âgé. »
    Élisée lui dit :
« Appelle-la. »
Le serviteur l’appela et elle se présenta à la porte.
    Élisée lui dit :
« À cette même époque,
au temps fixé pour la naissance,
tu tiendras un fils dans tes bras. »

    – Parole du Seigneur.

 

PSAUME

R/ Ton amour, Seigneur,
sans fin je le chante !

L’amour du Seigneur, sans fin je le chante ;
ta fidélité, je l’annonce d’âge en âge.
Je le dis : C’est un amour bâti pour toujours ;
ta fidélité est plus stable que les cieux.

Heureux le peuple qui connaît l’ovation !
Seigneur, il marche à la lumière de ta face ;
tout le jour, à ton nom il danse de joie,
fier de ton juste pouvoir.

Tu es sa force éclatante ;
ta grâce accroît notre vigueur.
Oui, notre roi est au Seigneur ;
notre bouclier, au Dieu saint d’Israël.

 

DEUXIÈME LECTURE

Lecture de la lettre de saint Paul Apôtre aux Romains

Frères,
    ne le savez-vous pas ?
Nous tous qui par le baptême avons été unis au Christ Jésus,
c’est à sa mort que nous avons été unis par le baptême.
    Si donc, par le baptême qui nous unit à sa mort,
nous avons été mis au tombeau avec lui,
c’est pour que nous menions une vie nouvelle, nous aussi,
comme le Christ qui, par la toute-puissance du Père,
est ressuscité d’entre les morts.

    Et si nous sommes passés par la mort avec le Christ,
nous croyons que nous vivrons aussi avec lui.
    Nous le savons en effet :
ressuscité d’entre les morts, le Christ ne meurt plus ;
la mort n’a plus de pouvoir sur lui.
    Car lui qui est mort,
c'est au péché qu'il est mort une fois pour toutes ;
lui qui est vivant,
c'est pour Dieu qu'il est vivant.
    De même, vous aussi,
pensez que vous êtes morts au péché,
mais vivants pour Dieu en Jésus Christ.

   – Parole du Seigneur.

 

ÉVANGILE

Alléluia. Alléluia.
Descendance choisie, sacerdoce royal, nation sainte,
annoncez les merveilles de Celui qui vous a appelés
des ténèbres à son admirable lumière.
Alléluia. (cf. 1 P 2, 9)

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

En ce temps-là,
Jésus disait à ses Apôtres :
    « Celui qui aime son père ou sa mère plus que moi
n’est pas digne de moi ;
celui qui aime son fils ou sa fille plus que moi
n’est pas digne de moi ;
    celui qui ne prend pas sa croix et ne me suit pas
n’est pas digne de moi.
    Qui a trouvé sa vie
la perdra ;
qui a perdu sa vie à cause de moi
la gardera.
    Qui vous accueille
m’accueille ;
et qui m’accueille
accueille Celui qui m’a envoyé.
    Qui accueille un prophète en sa qualité de prophète
recevra une récompense de prophète ;
qui accueille un homme juste en sa qualité de juste
recevra une récompense de juste.
    Et celui qui donnera à boire, même un simple verre d’eau fraîche,
à l’un de ces petits en sa qualité de disciple,
amen, je vous le dis : non, il ne perdra pas sa récompense. »

    – Acclamons la Parole de Dieu.

©AELF

Répondre à () :


Captcha