0
Homélie dominicale
Homélie du 3 novembre 2019 par l'abbé Alexandre-Marie Robineau (Texte et Audio) © Anonyme

| cplucon

Homélie du 3 novembre 2019 par l'abbé Alexandre-Marie Robineau (Texte et Audio)

Homélie 
31ème dimanche du T.O. 
Dimanche 3 novembre 2019 – Année C 

Chers frères et sœurs bien-aimés de Jésus Christ, 
Permettez-moi de commenter avec vous cette phrase de Jésus dans l’Évangile : « Zachée, descends vite : aujourd’hui il faut que j’aille demeurer dans ta maison ». 
Alors, c’est vrai, on connaît tous par cœur cette belle rencontre de l’évangile mais on passe souvent à côté de l’essentiel… essayons d’y entrer ensemble… 
 

1/ « Zachée, descends vite » lui dit Jésus. 
Et a chacun de nous, Jésus dit « descends vite » : descends de ton piédestal, descends de ton orgueil, de ta suffisance, de ton arrogance. On se croit plus fort, tout-puissant, pas besoin des autres, et pas besoin de Dieu. Et Jésus nous invite à descendre… 
Et lui, Jésus, il nous regarde d’en-bas, d’en-dessous car il est le plus humble ! 
Vous savez notre foi chrétienne est paradoxale ! Elle tient ensemble des choses qui peuvent sembler contraires et contradictoires aux yeux du monde, mais qu’il est nécessaire de tenir ensemble pour mieux entrer dans le mystère de notre Dieu ! De part l’incarnation de Dieu en Jésus, sa passion, sa mort et sa résurrection, tout en renversé ! La logique de notre Dieu renverse la logique du monde ! 
Et nous appelons notre Dieu le Tout-Puissant parce qu’il est Tout amour et que par cela il s’est fait le plus faible et le plus vulnérable pour pouvoir nous sauver. Sa puissance vient de sa faiblesse vécue par amour. Il est le Très-Haut parce qu’il s’est fait le plus bas ! Il est le Très grand parce qu’il s’est fait le plus petit et le dernier de tous ! Et cela nous le vivons à chaque eucharistie, à chaque messe où Dieu Tout-puissant et inaccessible se fait morceau de pain en nous donnant le Corps de son Fils ! Le Pain de la Vie, vivifié par l’Esprit Saint ! 
Et donc, chers amis, il nous faut entrer dans cette logique de Dieu en descendant, et en descendant sans cesse, toujours plus, pour suivre Jésus. C’est ainsi que Zachée, en acceptant de descendre, peut accueillir Jésus chez lui et que cela transforme son cœur et sa vie. 
Et il est précisé : « Vite, il descendit et reçu Jésus avec joie ». 
Il faut donc descendre avec et vers Jésus afin de pouvoir monter vers la Maison du Père, partager cette joie de la présence de Dieu, la joie de vivre avec Jésus. 
 

2/ Ensuite, Jésus dit : « aujourd’hui » 
Cette parole « aujourd’hui », tout comme « maintenant » est une parole que nous retrouvons souvent dans la Bible. Le jour de Noël : « aujourd’hui nous est né un Sauveur » ; Jésus au Bon Larron sur la croix : « Aujourd’hui tu seras avec moi dans le paradis » ; « C’est aujourd’hui le moment favorable ; c’est maintenant le jour du salut » dans la lettre aux Corinthiens, etc. 
C’est un point très important de la vie spirituelle chrétienne : être dans le présent de Dieu ; être présent à la présence de Dieu pour maintenant, pour aujourd’hui ! Cela n’est ni de l’inconscience ni de l’insouciance mais du bon sens dans un monde sans repères et qui ne cesse de fuir la réalité et la vérité ! 
Notre Dieu est amour et quand on aime, on aime pour maintenant, pour aujourd’hui ! On dit « je t’aime » et non pas « je t’aimerai » ; quand on aime vraiment, c’est pour maintenant ! Dieu nous aime totalement maintenant ! Ni hier, ni demain, mais aujourd’hui
Et donc le démon cherche par tous les moyens à nous détourner de cet amour de Dieu pour aujourd’hui ! Alors, il nous pousse dans nos pensées, nos films, notre imagination, dans un passé nostalgique (si j’avais su, c’était tellement bien, si, si et si…) ou dans un futur hypothétique (le bon goût du poulet après la messe quand le père en aura fini avec son homélie ; la météo de la semaine prochaine ; les prochaines vacances, 
etc.) ; et avec tout ça, on n’est pas dans le présent de l’amour de Dieu ! On est ailleurs et on fait le jeu du démon… Et quand notre esprit divague, revenons vers le Christ dans le présent de son amour… 
Et Jésus le redit à la fin de l’Évangile : « Aujourd’hui, le salut est arrivé pour cette maison ». Le salut et l’amour de Dieu sont pour maintenant ! A nous d’être disponible et accueillant à cette bonne nouvelle maintenant ! C’est pourquoi il faut prendre le temps de prier, le temps du silence, de l’écoute pour veiller et être prêt à aimer et servir maintenant, et non pas demain quand il sera trop tard… Le salut de Dieu c’est pour aujourd’hui, l’amour de Dieu c’est pour maintenant ! 
 

3/ Et enfin : « il faut que j’aille demeurer dans ta maison » 
Jésus le dit dans l’Évangile selon St Jean : « demeurez en moi comme je demeure en vous ; demeurez dans mon amour ». C’est tout le sens de l’eucharistie et de la Sainte messe : Dieu veut et vient demeurer en nous ! Quel grand mystère ! 
Ce n’est pas vraiment l’explication qu’en donne le Père Jean-Louis Schlegel dans l’édito en p.3 du Ouest-France d’hier (samedi 2/11) sur la messe ! Texte catastrophique qui fait beaucoup de mal ! Le Concile Vatican II n’a jamais demandé à ce que les fidèles fassent plein de choses pendant la messe afin de ne pas s’ennuyer ! Le Concile a exprimé le désir que les fidèles participent à l’eucharistie et n’y assistent pas simplement, et qu’ils y participent en offrant leur vie sur l’autel avec le Christ ! C’est une participation existentielle et spirituelle que demande l’Eglise dans le sacrifice eucharistique ! C’est son sens profond ! Ce n’est pas d’abord faire quelque chose : lire une lecture ou faire la quête ! C’est participer par tout son être au sacrifice du Christ qu’offre le prêtre au nom de toute l’Eglise ! Ce prêtre sociologue a une vision fonctionnaliste et utilitariste du sacrement de l’eucharistie qui est tout sauf catholique ! Il tombe dans l’activisme : mais ce n’est pas le « faire » qui compte mais bien la foi ! A la messe on a besoin de beau, de silence, de prière, de mystère et non pas d’abord de « faire » ! Alors, oui on s’ennuie quand on ne fait pas l’effort d’entrer dans le mystère qui est célébré (et je m’y suis ennuyé jusqu’à mes 23 ans quand j’ai vraiment fait une expérience de foi du mystère eucharistique), et quand on le comprend un petit peu, on ne le vit pas du tout de la même manière ! C’est un émerveillement que de vivre et de participer à cet immense mystère où Dieu se donne à nous afin que nous nous donnions à lui et à nos frères ! Admirable échange ! 
La rencontre de Zachée et du Christ est en quelque sorte une rencontre eucharistique et un échange transformant ! C’est une rencontre que chacun de nous est appelé à vivre. Le cœur de Zachée n’est plus le même ! Jésus vient chez lui alors Zachée donne aux pauvres ! Et c’est bien d’abord parce que Jésus vient chez lui, l’aime, ne le juge pas que Zachée est transformé et qu’il partage ! C’est donc bien la foi qui est première pour qu’un vrai partage ensuite se vive en vérité ! 
Alors, chers frères et sœurs, comme le demande St Paul : n’allez pas perdre la tête, ne vous laisser pas effrayer si quelqu’un prétend que le jour du Seigneur est arrivé. Mais le jour du Seigneur, dans la foi, c’est aujourd’hui et maintenant ! Ayons foi dans la présence réelle de Jésus au milieu de nous ! Notamment à chaque messe ! Alors Jésus viendra demeurer dans notre cœur et changer notre vie ! Demandons cette grâce à Marie qui prie pour nous aujourd’hui, maintenant et à l’heure de notre mort ; Marie qui a accueilli Jésus en elle pour le porter au monde et pour mieux nous le donner ! 
Je vous salue, Marie pleine de grâce ;
Le Seigneur est avec vous.
Vous êtes bénie entre toutes les femmes
Et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni.
Sainte Marie, Mère de Dieu,
Priez pour nous pauvres pécheurs,
Maintenant et à l’heure de notre mort.

Amen. 
Abbé Alexandre-Marie ROBINEAU +

Répondre à () :


Captcha
advertisment-image

Inscription à la newsletter Newsletter de la paroisse Notre Dame de la plaine - Luçon


Newsletter

Ne ratez aucune actualité !

Abonnez-vous à notre newsletter via ce formulaire.

| Connexion | Inscription