0
Homélies paroissiales
Homélie du 18 décembre 2022 par l'abbé Jean-Yves Poulailleau
Homélie du 18 décembre 2022 par l'abbé Jean-Yves Poulailleau
© a

| Webmaster 6539 mots

Homélie du 18 décembre 2022 par l'abbé Jean-Yves Poulailleau

HOMÉLIE

Déjà la 4ème semaine de notre pèlerinage vers Noël. Nous avons rejoint le peuple des croyants qui depuis Abraham, avec Moïse, le prophète Isaïe et d’autres prophètes, espéraient la venue du Messie-Sauveur.

Le 1er dimanche de l’Avent pour la 1ère semaine, la liturgie nous invitait à veiller et à vivre intensément l’attente du Messie, comme l’a vécue la Vierge Marie.

Le 2ème dimanche de l’Avent pour la 2ème semaine, la liturgie a fait raisonner en nous, l’appel de Jean Baptiste. Nous étions invités à accueillir la Parole et non pas les bavardages inutiles, car il faut savoir écouter pour accueillir la Parole de Dieu.

Le 3ème dimanche de l’Avent pour la 3ème semaine, la liturgie nous a fait découvrir l’expérience douloureuse de la prison et du doute vécue par Jean Baptiste qui nous enseigne comment être fidèle à la Parole de Dieu pour goûter à la joie de la Nativité du Sauveur.

Pour ce 4ème dimanche de l’Avent, après Jean le Baptiste et la Vierge Marie, la liturgie nous propose un troisième modèle pour cette semaine : celui de Saint Joseph. Saint Joseph nous indique clairement comment vivre l’écoute de la Parole annoncée et l’abandon confiant à la volonté de Dieu qui lui demande d’être le gardien du Rédempteur qui va naître.

Joseph est grand parce que connaissant et aimant véritablement Marie, il s’incline devant la conception qui se fait en Marie, il ne s’oppose pas à la volonté de Dieu face à cette grossesse inexpliquée. Il choisit la voie humainement la plus miséricordieuse : il défend la dignité de Marie.

Joseph est grand parce que quand Dieu l’illumine sur la vraie identité de l’enfant que porte Marie, conçu non d’un homme mais de l’Esprit Saint, Joseph revient sur sa décision et "il la prend avec lui comme son épouse." A cet instant, leur union est scellée et consacré par Dieu. Joseph change sa façon de raisonner pour assumer la mission qui lui est confiée. Il organise sa vie pour garder la Vie que porte Marie en son sein afin de la donner au monde. Comme l’écrit saint Augustin : "Joseph est père non par vertu de la chair mais par vertu de la charité."

L’époux de Marie dit oui à Dieu non pas en parlant mais en agissant. Le charpentier de Nazareth accepte et remplit la tâche de chef de famille. Il est l’homme à qui Dieu a confié son Fils pour protéger sa croissance, pour le garder et le préparer à sa mission dans le monde. Joseph est fidèle à la parole qu’il avait écoutée ; il l’a immédiatement mise en pratique et accomplie, fidèle à la mission qui lui a été confiée. (Saint Jean-Paul II) "Joseph a vécu une paternité à l’égard de Jésus qui s’est exprimée concrètement en remplissant le rôle de ‘gardien du Rédempteur’.

Frères et sœurs, nous sommes invités à contempler et à imiter avec ténacité la foi active de Saint Joseph et son total abandon à ce que le Seigneur lui demande. On peut reconnaître en Saint Joseph, l’homme qui a fait de sa vie "un service, un sacrifice au mystère de l’incarnation et à la mission rédemptrice … Il a usé de l’autorité légale qui lui revenait sur la sainte famille pour en faire un don total de soi, de sa vie, de son travail. Quel beau modèle pour les pères de famille, pour les futurs pères de famille et pour les enfants pour mieux aimer leur papa.

Ainsi, grâce au "Oui" silencieux de Joseph, Marie, la femme du "Oui" total à Dieu eut une maison où le Verbe de Dieu, qui avait dit "oui", devint l’Emmanuel, Dieu avec nous, pour nous et en nous.

Sur l’exemple de Jésus, Marie et Joseph, nous sommes appelés à renouveler notre "oui" à Dieu dans la vocation qui est la nôtre, vécue dans le mariage ou le célibat, comme religieux/ses, consacré(e)s, à commencer par le Oui de notre vie de baptisés. Je pense aussi aux jeunes qui s’interrogent et cherchent comment orienter leur avenir et répondre à l’appel de Dieu.

A chacun de voir comment il peut personnellement ou en famille, prendre du temps en silence devant la crèche, pour prier, lire l'Evangile ou chanter un beau chant de Noël. C'est là que nous puiserons la force et le courage des missionnaires qui depuis plus de 2000 ans ont porté la joie de cet Evangile du Christ-Jésus, l'Emmanuel, "Dieu avec nous".

En contemplant Marie et Joseph devant la crèche, puissions nous être touchés par Dieu qui pour nous s’est fait enfant, un Dieu qui abandonne sa grandeur pour se faire proche de chacun de nous !... 

Abbé Jean-Yves Poulailleau


 


LECTURES DE LA MESSE

 

Lectures de la messe


 

Saint du jour avec

Répondre à () :


Captcha