0
Homélies paroissiales
Homélie de l'Ascension par l'abbé Jean-Yves Poulailleau
Homélie de l'Ascension par l'abbé Jean-Yves Poulailleau
© Nominis

| JFG 22777 mots

Homélie de l'Ascension par l'abbé Jean-Yves Poulailleau

 

Homélie

 

Non, Jésus ne nous a pas abandonnés ; Dieu ne nous a pas laissés tombés lorsque Jésus est retourné près de lui !...  Si l’Ascension de Jésus marque la fin de sa présence au milieu des 11 apôtres, elle inaugure le temps d’une autre présence; celle du Christ glorieux à la droite du Père. Cette fête oriente le regard des croyants vers le ciel et nous rappelle notre destination finale, le ciel. "Ici-bas nous sommes comme à l’hôtel" disait le saint curé d’Ars.

Désormais, parce que nous connaissons le chemin que Jésus a suivi depuis Noël jusqu’à son Ascension, après la passion, puis le chemin de la croix, nous avançons avec espérance à la suite du Christ ressuscité qui nous montre le chemin vers le Père pour la Vie éternelle dans le Royaume des cieux.

Nous pourrions être tentés par le découragement à force de chercher avec le sentiment d’éprouver une certaine absence de Dieu dans notre vie, comme les disciples au moment de son départ, particulièrement dans l’actualité de la pandémie qui engendre des peurs dans le présent et de nombreuses inquiétudes pour l’avenir. Comme les apôtres encore remplis de la joie de la résurrection, nous éprouvons avec tristesse le départ de Jésus et parfois son silence que nous ne comprennent pas ! … Pourtant son Ascension doit stimuler notre espérance, en raison de la promesse qu’il a faite "Je suis avec vous, tous les jours jusqu’à la fin des temps …".

Joie et espérance car Jésus ne s’est pas absenté. Il est réellement présent, mais autrement.  Lorsqu’il sillonnait les rues de Galilée, il était présent avec son corps physique. Après sa résurrection, il s’est montré avec son corps glorieux devant ses disciples qui le voyaient sans pouvoir le reconnaître, comme sur le chemin d’Emmaüs. Désormais, le Christ est présent réellement dans le sacrement de l’Eucharistie et lorsque nous sommes rassemblés 2 ou 3 en son nom.

Joie et espérance parce que par la grâce de notre baptême, il nous est donné de voir dans la lumière de la foi, ce que nos yeux sont incapable de voir. L’Oraison finale de la messe nous rappellera tout à l’heure que nous avons été choisis pour ‘les biens du ciel alors que nous sommes encore sur la terre…’  C’est donc guidé par le désir du ciel que nous pouvons mener une vie pleinement chrétienne. C’est ce désir du ciel qui donne à notre vie humaine et spirituelle sa pleine dimension en nous aidant à vivre la charité.

Joie et espérance parce que par la grâce de l’Esprit Saint reçu à Notre Baptême, puis dans le sacrement de la confirmation, il nous est donné de vivre cette proximité avec le Christ qui nous appelle à être ses témoins jusqu’aux extrémités de la terre : "Allez dans le monde entier. Proclamez la Bonne Nouvelle à toute la création". Jésus nous associe à la mission qu'il a confiée à l'Eglise pour porter à tous la joie de l'Evangile.

Joie et espérance car dans la 1ère lecture du Livre des Apôtre, Saint Luc dresse l’acte de naissance de l’Eglise. En montant au ciel, Jésus charge ses disciples de continuer sa mission qui a commencé lorsque les apôtres ont reçu le Saint Esprit à la Pentecôte. A la suite de ses disciples depuis plus de 2000 ans, Jésus nous appelle et nous envoie là où nous vivons, annoncer l'Evangile de la vie et de l’amour, de l’espérance et de la paix. Bien sûr, il nous promet la force du Saint Esprit pour être ses témoins par toute notre vie. Jésus, Parole de Dieu est venu nous dire ce que nous avons à faire pour entrer dans le Royaume des cieux. L’Esprit-Saint nous donne à travers les 7 dons, la capacité de faire et de vivre ce que Jésus nous a commandé pour accomplir ce qui est juste et bon.

Pas le temps de s’asseoir, ni de se demander ce qu’il faut faire. Alors que beaucoup se réjouissent de faire ce qu’on appelle, ‘le pont de l’Ascension’, la joie de cette grande fête, c’est justement, parce que Jésus a établi un pont entre le ciel et la terre. Le Christ ressuscité a ouvert pour nous le chemin du ciel.

Dans les 10 jours qui nous séparent de la Pentecôte, préparons-nous à être renouvelé par le Saint-Esprit. Qu’il ravive en nous le désir du ciel, car "vivre au ciel, c’est vivre avec le Christ" rappelle le Catéchisme de l’Eglise Catholique.

Frères et sœurs, chers paroissiens, mettons-nous à l’école de ‘Marie, étoile de la Nouvelle Evangélisation’. Marie nous apprend à aimer le Christ, à le recevoir et à le transmettre. Saint Louis-Marie Grignon de Montfort disait : Par Marie, Jésus est venu jusqu'à nous; par Marie, nous allons à Jésus."  Les chrétiens ont pour patrie le Ciel, comme l'a confirmée la Vierge Marie, en se présentant à Jacinthe, François et Lucie, les enfants de Fatima lors de la 1ère apparition, le 13 mai 1917 : "Je suis du Ciel …".

Que le vent de l’Esprit souffle une nouvelle Pentecôte sur la France, sur notre diocèse et sur notre paroisse et sur chacun de vous. Que le souffle de l’Esprit réveille en nous "le désir du ciel [car] c’est le désir d’aimer et d’être aimé puisque le Ciel est l’union parfaite avec le Seigneur Jésus." (Père Joël Guibert)

Penser au ciel, ce n’est pas mépriser le monde. 

La source de notre mission, c'est l’Eucharistie en laquelle nous reconnaissons Jésus réellement présent qui nous envoie 

à la suite de ses apôtres : "Allez dans le monde entier. Proclamez l’Evangile !...."

Jean-Yves Poulailleau +

 

LECTURES DE LA MESSE

 

PREMIÈRE LECTURE

Lecture du livre des Actes des Apôtres

Cher Théophile,
dans mon premier livre
j’ai parlé de tout ce que Jésus a fait et enseigné
depuis le moment où il commença,
jusqu’au jour où il fut enlevé au ciel,
après avoir, par l’Esprit Saint, donné ses instructions
aux Apôtres qu’il avait choisis.
C’est à eux qu’il s’est présenté vivant après sa Passion ;
il leur en a donné bien des preuves,
puisque, pendant quarante jours, il leur est apparu
et leur a parlé du royaume de Dieu.

Au cours d’un repas qu’il prenait avec eux,
il leur donna l’ordre de ne pas quitter Jérusalem,
mais d’y attendre que s’accomplisse la promesse du Père.
Il déclara :
« Cette promesse, vous l’avez entendue de ma bouche :
alors que Jean a baptisé avec l’eau,
vous, c’est dans l’Esprit Saint
que vous serez baptisés d’ici peu de jours. »
Ainsi réunis, les Apôtres l’interrogeaient :
« Seigneur, est-ce maintenant le temps
où tu vas rétablir le royaume pour Israël ? »
Jésus leur répondit :
« Il ne vous appartient pas de connaître les temps et les moments
que le Père a fixés de sa propre autorité.
Mais vous allez recevoir une force
quand le Saint-Esprit viendra sur vous ;
vous serez alors mes témoins
à Jérusalem,
dans toute la Judée et la Samarie,
et jusqu’aux extrémités de la terre. »

Après ces paroles, tandis que les Apôtres le regardaient,
il s’éleva,
et une nuée vint le soustraire à leurs yeux.
Et comme ils fixaient encore le ciel
où Jésus s’en allait,
voici que, devant eux,
se tenaient deux hommes en vêtements blancs,
qui leur dirent :
« Galiléens,
pourquoi restez-vous là à regarder vers le ciel ?
Ce Jésus qui a été enlevé au ciel d’auprès de vous,
viendra de la même manière
que vous l’avez vu s’en aller vers le ciel. »

– Parole du Seigneur.

 

PSAUME

R/ Dieu s’élève parmi les ovations,
le Seigneur, aux éclats du cor.
ou : Alléluia ! (46, 6)

Tous les peuples, battez des mains,
acclamez Dieu par vos cris de joie !
Car le Seigneur est le Très-Haut, le redoutable,
le grand roi sur toute la terre.

Dieu s’élève parmi les ovations,
le Seigneur, aux éclats du cor.
Sonnez pour notre Dieu, sonnez,
sonnez pour notre roi, sonnez !

Car Dieu est le roi de la terre,
que vos musiques l’annoncent !
Il règne, Dieu, sur les païens,
Dieu est assis sur son trône sacré.

 

DEUXIÈME LECTURE

Lecture de la lettre de saint Paul apôtre aux Éphésiens

Frères,
moi qui suis en prison à cause du Seigneur,
je vous exhorte donc à vous conduire
d’une manière digne de votre vocation :
ayez beaucoup d’humilité, de douceur et de patience,
supportez-vous les uns les autres avec amour ;
ayez soin de garder l’unité dans l’Esprit
par le lien de la paix.
Comme votre vocation vous a tous appelés à une seule espérance,
de même il y a un seul Corps et un seul Esprit.
Il y a un seul Seigneur, une seule foi, un seul baptême,
un seul Dieu et Père de tous,
au-dessus de tous,
par tous, et en tous.
À chacun d’entre nous, la grâce a été donnée
selon la mesure du don fait par le Christ.
C’est pourquoi l’Écriture dit :
Il est monté sur la hauteur, il a capturé des captifs,
il a fait des dons aux hommes.
Que veut dire : Il est monté ?
– Cela veut dire qu’il était d’abord descendu
dans les régions inférieures de la terre.
Et celui qui était descendu
est le même qui est monté au-dessus de tous les cieux
pour remplir l’univers.
Et les dons qu’il a faits,
ce sont les Apôtres,
et aussi les prophètes, les évangélisateurs,
les pasteurs et ceux qui enseignent.
De cette manière, les fidèles sont organisés
pour que les tâches du ministère soient accomplies
et que se construise le corps du Christ,
jusqu’à ce que nous parvenions tous ensemble
à l’unité dans la foi et la pleine connaissance du Fils de Dieu,
à l’état de l’Homme parfait,
à la stature du Christ dans sa plénitude.

– Parole du Seigneur.

 

ÉVANGILE

Alléluia. Alléluia.
Allez ! De toutes les nations faites des disciples,
dit le Seigneur.
Moi, je suis avec vous tous les jours
jusqu’à la fin du monde.
Alléluia. (Mt 28, 19a.20b)

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc

En ce temps-là,
Jésus ressuscité se manifesta aux onze Apôtres et leur dit :
« Allez dans le monde entier.
Proclamez l’Évangile à toute la création.
Celui qui croira et sera baptisé
sera sauvé ;
celui qui refusera de croire
sera condamné.
Voici les signes qui accompagneront
ceux qui deviendront croyants :
en mon nom, ils expulseront les démons ;
ils parleront en langues nouvelles ;
ils prendront des serpents dans leurs mains
et, s’ils boivent un poison mortel,
il ne leur fera pas de mal ;
ils imposeront les mains aux malades,
et les malades s’en trouveront bien. »

Le Seigneur Jésus,
après leur avoir parlé,
fut enlevé au ciel
et s’assit à la droite de Dieu.
Quant à eux,
ils s’en allèrent proclamer partout l’Évangile.
Le Seigneur travaillait avec eux
et confirmait la Parole par les signes qui l’accompagnaient.

– Acclamons la Parole de Dieu.

Notre-Dame de Fatima

 

Apparitions de la Sainte Vierge à François né en 1908 (+4 avril 1919) et Jacinthe sa sœur née en 1910 (+20 février 1920) béatifiés par Jean-Paul II le 13 mai 2000 ainsi qu'à leur cousine Lucie née en 1907 (+13 février 2005) au Carmel de Sainte-Thérèse à Coimbra.


- Pèlerinage du pape François au sanctuaire de Notre Dame de Fatima à l'occasion du centenaire des Apparitions de la Bienheureuse Vierge Marie à la Cova da Iria, 12-13 mai 2017
- Homélie de sa sainteté le pape Jean-Paul II pour la béatification des vénérables Jacinthe et François, pastoureaux de Fátima, au sanctuaire de Notre-Dame du 

  • Rosaire de Fátima, Samedi 13 mai 2000.
    "Je te bénis, Père, d'avoir caché cela aux sages et aux intelligents et de l'avoir révélé aux tout-petits.
    Je te bénis, ô Père, pour tous tes tout-petits, à commencer par la Vierge Marie, ton humble Servante, jusqu'aux pastoureaux François et Jacinthe.
    Que le message de leur vie reste toujours ardent pour illuminer le chemin de l'humanité!"

- Dans le passage du deuxième au troisième millénaire, le Pape Jean-Paul II a décidé de rendre public le texte de la troisième partie du 'secret de Fatima'.
Fatima est sans aucun doute la plus prophétique des apparitions modernes.


Illustration: Notre-Dame de Fátima pèlerine dans le Monde - Sanctuaire de Fatima.


Mémoire de Notre-Dame de Fatima au Portugal. La contemplation de cette mère très bonne dans l'ordre de la grâce, inquiète de tout ce qui s'oppose aux hommes, rassembla, au lieu dit Aljustrel, des foules de fidèles, dans la prière pour les pécheurs et dans une conversion profonde des cœurs.

Répondre à () :


Captcha